Ain Sefra Index du Forum
Ain Sefra
Forum de tous les safraoua
Répondre au sujet
hopital mohamed boudiaf
Aboulakhel


Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2010
Messages: 143
Localisation: Ain sefra
Répondre en citant
je salut tous le malades du service du dialyse pour leur comportement   civilisés face au   problème de leurs transport .
les malades ont dit leurs mot cette fois la, ont ne peu que être fière de nos malades courageux .



_________________
Il faut vivre comme on pense, sinon tôt ou tard on finit par penser comme on a vécu.
Visiter le site web du posteurICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Publicité
Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?
hopital mohamed boudiaf
Aboulakhel


Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2010
Messages: 143
Localisation: Ain sefra
Répondre en citant
salut
si ca continue comme ca il n'aura plus de médecins   spécialistes à l'hôpital Mohamed boudiaf ,le slogan de l'administration est" nul n'est indispensable qui n'est pas content , prend ses valises"
allah yjib essatre



_________________
Il faut vivre comme on pense, sinon tôt ou tard on finit par penser comme on a vécu.
Visiter le site web du posteurICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
hopital mohamed boudiaf
kelloussa


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2009
Messages: 378
Localisation:
Répondre en citant
Aboulakhel a écrit:
salut
si ca continue comme ca il n'aura plus de médecins   spécialistes à l'hôpital Mohamed boudiaf ,le slogan de l'administration est" nul n'est indispensable qui n'est pas content , prend ses valises"
allah yjib essatre


Essalam

Si Aboulakhel , vous répondez à ma question de toujours .

En entrant à l'hôpital d'Ain Sefra, je me suis toujours demandé, en le trouvant "presque désertique" ( en comparaison à d'autres hôpitaux) :

Est-ce qu'il n'y a pas de malades parce qu'il n'y a pas de médecins ?
ou est-ce qu'il n'y a pas de médecins parce qu'il n'y a pas de malades ?


EPH AIN SEFRA
M Y R


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2009
Messages: 1 000
Localisation: A l'ombre du Mekther...
Répondre en citant
Bonsoir à toutes et à tous
 

   Ce rare acquis de AIN SEFRA et même de la région toute entière, semble susciter un certain intérêt chez nos chers forumistes et cela ne serait qu'à leur honneur, ne serait-ce  des jugements se voulant subjectifs, allant de l'appellation  jusqu'à "cette situation qui, si ça continue,...."? Qu'arriverait-il? Je n'interviens pas ici en tant que défenseur de la présente cause,  car cet hôpital est le bien de tous et chacun  doit contribuer à son amélioration, et ce, sur le site même de ce bien commun.Mais  il ne saurait rien arriver de mal, puisque notre hôpital est   bien mieux placé que d'autres et sur le territoire national même! Si en 2010 il y a eu  des facteurs venant en défaveur d'une amélioration dans les différents services, aujourd'hui, la gestion de cet établissement ne nous fait point rougir et ce,  de l'avis même des citoyens Séfraouis et non Séfraouis.

   Les médecins spécialistes qu'on dit absents, sont affectés dans un cadre autre qu'administratif, et ce n'est pas les gestionnaires qui en sont responsables. Mais l'Etablissement a réussi à maintenir d'autres spécialistes dont la population avait grand besoin. Et on attend encore beaucoup mieux, même si ce n'est pas par un claquement de doigt qu'on ramène un spécialiste. Le personnel qu'il soit administratif ou médical et paramédical ainsi que les équipements adéquats existent de la manière acceptable, quoiqu'il subsiste  encore des carences...La perfection est le propre d'Allah Soubhanahou.

   Mais de là, à faire table rase de tout ce qui se fait, serait un verdict d'une ingratitude envers les éléments consciencieux de cet établissement.

    Maintenant, c'est vrai que la Foi En Dieu, L'humanisme et la  conscience professionnelle,  le Serment d'Hypocrate, serait certes un vain mot pour certains, mais il en faudrait de tout pour faire un monde, hélas..On a ou on n'a pas cela.

  Oeuvrons donc pour construire et non pour pour son contraire.

Bonne soirée.
 

   
    



_________________
L'homme est le seul médecin de son âme
hopital mohamed boudiaf
Aboulakhel


Hors ligne

Inscrit le: 31 Aoû 2010
Messages: 143
Localisation: Ain sefra
Répondre en citant
"Si ce n'est pas par un claquement de doigt qu'on ramène un spécialiste"puisque vous reconnaissez que c'est tellement difficile d'avoir des spécialistes, pourquoi il est si facile de signé leur mutation ? Pourquoi ne pas faire des efforts pour instaurer un climat favorable et attractif pour cette catégorie de personnels technique? Qui sans lui le mot médecine ne vau rien.



_________________
Il faut vivre comme on pense, sinon tôt ou tard on finit par penser comme on a vécu.
Visiter le site web du posteurICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
hopital mohamed boudiaf
chami


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 3 555
Localisation: ain sefra
Répondre en citant
http://ainsefraforum.xooit.fr/t10-hopital-mohamed-boudiaf.htm?start=15#p13005



Régions : Le Soir de l’Ouest
AÏN-SEFRA
L’hôpital de 240 lits manque de spécialistes


 

Depuis le départ pour des raisons sécuritaires de la mission médicale chinoise qui honorait l’hôpital de 240 lits d’Aïn-Sefra, dans toutes les spécialités confondues, les efforts pour combler le déficit en matière de spécialistes sont restés vains.

Et c’est ainsi que cet établissement hospitalier qui demeure pour ne pas dire «un cerveau sans âme» reste lamentablement dépourvu de spécialistes dans la gynécologie, l’orthopédie, la pédiatrie, la chirurgie générale et infantile, la néphrologie, la radiologie, l’ORL…, alors que la majorité des malades est transférée pour de simples soins vers Méchéria, Tlemcen ou Oran.
«… Pour un accouchement compliqué, pour un traumatisme, ou autres, nos patients sont toujours orientés vers d’autres cieux…», dira un responsable de l’EPH. De ce fait, une nouvelle tentative, et un nouvel appel viennent d’être adressés au nouveau ministre de la Santé, pour finaliser la construction de cet hôpital régional, à l’effet, de le doter d’une mission médicale étrangère, qui puisse prendre en charge localement les malades des régions limitrophes, ainsi leurs souffrances seront atténuées, Béni-Ounif, Labiodh, Sidi-Cheikh, Boussemghoun, etc.

Comment les activités d’un hôpital de 240 lits, réalisé dans une région par un plan spécial dans les années 1970, et qui a vu le jour en 1986, sont très limitées, alors qu’il dispose de tous les atouts, et de tous les moyens matériels. Il dispose d'un laboratoire d’analyses médicales, de plusieurs services : hémodialyse, épidémiologie, transfusion sanguine, radio scanner, ainsi que 4 blocs opératoires pour des interventions, de la médecine légiste, ainsi que d’un matériel sophistiqué les structures, et les moyens humains : personnel paramédical, infirmiers, médecins-généralistes, personnel d’encadrement, qui, lesquels parfois sont dépassés par les graves maladies, essayent avec les moyens de bord de sauver ce qu’ils peuvent.
Notons enfin, que M. Ahmed Amara, a été installé dernièrement dans ses nouvelles fonctions pour assurer la direction de l’EPH (Etablissement hospitalier d’Aïn-Séfra). Ce dernier qui aura du pain sur la planche doit en tous cas répondre à l’urgence et aux préoccupations de la population, car il y a une nécessité absolue : la prise en charge des malades.
B. Henine
 




_________________
Yaa wil babaha el 3ayne essafra chehaal kanou fiha erjal.
Skype
hopital mohamed boudiaf
chami


Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 3 555
Localisation: ain sefra
Répondre en citant


Régions : Le Soir de l’Ouest
NAÂMA
L’hôpital de Aïn Sefra se meurt



Depuis le départ pour des raisons sécuritaires de la mission médicale chinoise qui honorait l’hôpital de 240 lits d’Aïn-Sefra, dans toutes les spécialités confondues, les efforts pour combler le déficit en matière de spécialistes sont restés vains.
Et c’est ainsi que cet établissement hospitalier qui demeure pour ne pas dire «un cerveau sans âme», reste lamentablement dépourvu de spécialistes dans la gynécologie, l’orthopédie, la pédriatrie, la chirurgie générale et infantile, la néphrologie, la radiologie, l’ORL …, alors que la majorité des malades est transférée pour de simples soins vers Mécheria, Tlemcen ou Oran. «…pour un accouchement compliqué, pour un traumatisme, ou autres, nos patients sont toujours orientés vers d’autres cieux…», dira un responsable de l’EPH, et de poursuivre : «Nous avons trouvé même un scorpion au sein du service de la pédiatrie, et un serpent dans l’espace vert, face au bloc administratif ; je demande, et c’est l’avis de la quasi-totalité du personnel, une visite du ministre de tutelle.»
Et d’ajouter : «Allez voir, durant ces journées de l’Aïd, c’est la monotonie totale, aucun malade, les services sont quasiment vides, le personnel paramédical et les médecins de garde, vous pouvez les compter sur le bout des doigts», dira-t-il.
C’est dire que cet hôpital demeure le parent pauvre des hôpitaux de la région, il accuse un manque flagrant en médecins spécialistes.
Si vous rendez visite à cet établissement de 240 lits, vous aurez l’impression que vous errez dans des pavillons d’un CHU, vu ses infrastructures, blocs opératoires, scanner ainsi que les différents services (hémodialyse, maternité, pédiatrie etc.).
Mais ce n’est pas vraiment le cas, vous aurez l’impression que vous êtes en train de contempler un cerveau sans âme, devant un personnel paramédical ou un personnel administratif qui n'ont de solution que de vous envoyer vers d'autres hôpitaux, dira encore ce cadre en colère, et d’ajouter, «le ministre de la Santé fait des sorties inopinées à travers les hôpitaux, nous lui dirons, qu’il n’a pas besoin d’être “incognito” pour visiter notre hôpital, il viendra quand il voudra.
Mais nous lui demandons de s’atteler sur cet hôpital régional, à l’effet, de le doter d’une mission médicale étrangère, qui prendrait en charge les malades, et atténuerait leurs souffrances surtout ceux des régions limitrophes», conclut notre interlocuteur.
Comment donc, les activités pour un hôpital de 240 lits, réalisé pour une région dans un plan spécial des années 1970, qui a vu le jour en 1986, restent très limitées, alors qu’il dispose de tous les atouts, de tous les moyens matériels, il dispose d'un laboratoire des analyses médicales, de plusieurs services, hémodialyse, épidémiologie, transfusion sanguine, radio scanner, ainsi que de 4 blocs opératoires pour des interventions, de la médecine légiste, voire d’un matériel sophistiqué à travers ses structures. Personnel humain, personnel administratif, paramédical et infirmiers, quelques médecins-généralistes, un seul chirurgien-généraliste. En tout cas, sauf une nouvelle carte de santé «géographique» peut répondre à l’urgence et aux préoccupations de la population de la région, car il y va d’une nécessité absolue, la prise en charge des malades.
La DSP doit, en effet, jouer pleinement son rôle pour sauver ce qui reste à sauver de cet hôpital : parc auto (ambulances) ; affectation des spécialistes au sein de cet EPH, restauration, entretien etc. Notons qu’un nouvel hôpital psychiatrique de 120 lits devrait voir le jour au courant de cette année à Aïn-Sefra, mais il semblerait que les travaux de réalisation ont du plomb dans l’aile.
B. Henine

DU NOUVEAU POUR LES ZONES éPARSES
Formation itinérante sur les TIC

Dans le cadre de l’extension de ses créneaux de formation éducative, la Direction de l’enseignement professionnel de la wilaya de Naâma lancera très prochainement une nouvelle formule «le bus centre itinérant» en vue d’assurer une formation d’aptitude dans le domaine de la technologie informatique et de communication (TIC) en faveur des apprenants issus des zones éparses.
Le centre mobile, qui sera piloté par le CFP/Amara d’Aïn-Sefra, aura pour but l’apprentissage et l’utilisation de l’internet, ainsi que l’amélioration des connaissances sur les généralités de la communication en faveur des jeunes stagiaires résidant en dehors des agglomérations.
«C’est un bus qui se déplacera à travers certains sites éloignés des centres urbains, il est doté d’un matériel de haute technologie, équipé d’une connexion de haut débit à un système satellitaire VSAT, alors que les cours seront assurés par deux spécialistes expérimentés en la matière qui ont reçu des formations scientifiques en Allemagne et en Jordanie», nous dit-on. Ce qui permettra donc aux jeunes stagiaires (futurs internautes et informaticiens) d’acquérir une formation spécifique ouverte au monde des nouvelles technologies.
B. H.

 



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2014/10/08/article.php?sid=169423&am…



_________________
Yaa wil babaha el 3ayne essafra chehaal kanou fiha erjal.
Skype
hopital mohamed boudiaf
Contenu Sponsorisé


hopital mohamed boudiaf
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 2 sur 2  

  
  
 Répondre au sujet