Ain Sefra Forum Index
Ain Sefra
Forum de tous les safraoua
Reply to topic
LAURIER LAURUS NOBILIS LARACEAE
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS










LAURIER

LAURUS NOBILIS
LARACEAE


Famille botanique importante dans les régions chaudes,
les lauraceae sont très souvent aromatiques, ce sont des arbres ou des arbustes à feuillage persistant.

On consomme le fruit de Persea americana (voir avocatier) ou l'écorce des Cinnamomum (voir cannelle).
Le laurier noble (ou laurier sauce) est originaire d'Asie mineure, c'est généralement un petit arbre dioïque (à sexe séparé,) aux branches dirigées vers le haut, au feuillage assez touffu et toujours vert; les feuilles sont alternes, assez fermes et présentent une ondulation sur leur bord; le fruit est une petite baie noire.
Si le laurier est surtout connu maintenant comme une épice assez commune, il fut un temps où il était vénéré, consacré à l' Appolon solaire, emblème de victoire en Grèce comme à Rome; il ne pouvait, comme l'olivier, servir à aucun usage profane, on ne le brûlait même pas sur les autels.
Pour beaucoup c'était une plante magique, elle se consume en crépitant même verte, pour les chrétiens c'est une plante bienfaisante et on la bénit aux "Rameaux".


 
                     COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES


Les feuilles, quand on les froisse, dégagent une forte odeur aromatique, mélange d'eucalytus et de cannelle; en-effet l'huile essentielle (voir lexique) (HE) qu'elles renferment (1 à 3% du poids sec) contient 30 à 70% de cinéole (eucalytol) mais aussi des terpénoïdes (voir lexique) (linalol, géraniol, eugénol, pinène, terpinéne et phellandrène).

Les feuilles renferment aussi des alcaloïdes (voir lexique) aporphinoïdes et des lactones sesquiterpéniques (voir lexique).

Les lactones du laurier peuvent induire des dermites allergiques au même titre que celles de l'arnica, des chysanthèmes, de la camomille et de beaucoup d'autres asteraceae.

Le fruit (baie) du laurier est riche en huile
(17 à 25 %), solide à température ordinaire : le beurre de laurier (corps gras en C12 = acide laurique).
Cette huile est balsamique par l'HE qu'elle contient de composition voisine de celle des feuilles.





 
                                 UTILISATIONS
La feuille de laurier, qui se sèche très bien, aromatise de nombreux plats et sauces; on l'utilise avec modération sinon elle communique de l'amertume aux aliments (c'est du à la présence des lactones et éventuellement des alcaloïdes). On peut la considérer comme un stimulant digestif, mais a contrario, son goût prononcé et la rémanence dans la bouche de l'odeur d'eucalyptol peut couper l'appétit et elle entre ainsi dans la composition de phytomédicaments à visée amaigrissante.
Hormis cette question de saturation des papilles gustatives, c'est une épice qui facilite la digestion (par stimulation des sécrétions digestives), qui combat les flatulences et les ballonnements épigastriques.
La baie du laurier a le même usage culinaire que la feuille , on la sèche, on la râpe, comme la muscade; récoltée à l'automne, elle est riche en corps gras et on peut en extraire l'huile après concassage des baies et ébulition prolongée suivie de tamisage du mélange encore tiéde. L'huile surnage et se fige, on la sèche au bain-marie; après mélange avec un même poids de saindoux, on obtient le véritable beurre de laurier, vieil onguent populaire anciennement utilisé sur les entorses, les articulations douloureuses et les muscles noués, les furoncles et les panaris. L'huile pure éloignerait les moustiques, on l'applique directement sur la peau, les feuilles broyées calmeraient les piqures d'insectes.
En usage interne, on préconise l'infusion de feuilles : 10 à 20 g de feuilles pour un litre d'eau, pour améliorer la digestion ou au contaire couper l'appétit. En usage externe, la décoction (voir lexique): 50 g de feuilles pour un litre d'eau bouillante est utile pour la détersion des plaies et des brûlures, comme liquide insectifuge ou pour detruire les parasites externes chez les animaux.

 
                                    RESUME
Un aromate culinaire aux propriétés médicinales méconnues
Avant d'être laurier-sauce, il s'appelait laurier noble, un arbre vénéré par les romains et béni par les chrétiens.
Ses feuilles et ses graines contiennent de l'huile essentielle facilitant la digestion mais pouvant par ailleurs couper l'appétit (ce qui n'est pas contradictoire). La décoction de feuilles est antiseptique et éloigne les insectes.
L'huile que l'on extrait des graines sert à fabriquer un onguent utile pour masser les articulations douloureuses et faire mûrir les abcès.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
Publicité
Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
Dzira


Offline

Joined: 03 Sep 2009
Posts: 815
Localisation: Lausanne
Reply with quote
بسم الله الرحمان الرحيم  السلام عليكم ورحمة الله وبركاته 

La science moderne certifie le pouvoir mystérieux de la graine de nigelle.

Depuis que le prophète a informé ses compagnons du pouvoir médicinal merveilleux de la graine de nigelle, les traditionnistes se sont employés, chacun selon ses connaissances, à essayer de prouver qu'elle soignait tous les maux. Certains en sont arrivés à énumérer certains maux pour lesquels l'effet guérissant a été vérifié. 
 
 
Cependant, ce nombre restreint ne traduit pas le terme "tous" employé par le prophète à l'égard des maux soignés par la graine de nigelle. La problématique posée par ce hadîth du prophète est resté sans solution jusqu'au jour où Dieu a choisit un docteur musulman résidant au USA, le docteur Ahmed El-Qadî, pour démontrer cette prophétie de notre auguste prophète.   
 
Sa connaissance de la médecine lui permit de constater que, pour avoir un pareil pouvoir, la graine de nigelle devait donc agir positivement sur un élément de l'organisme humain qui, lui, serait en interaction avec tous les maux, et cet élément là, c'est le système immunitaire. C'est en effet ce système qui a pour charge de défendre l'organisme contre tous les maux qui viennent à l'assaillir.L'étude du docteur se focalisa donc sur le système immunitaire. Le docteur prit un échantillon de vingt patients. Il administra régulièrement pendant quelques jours à certains d'entre eux de la graine de nigelle et constata qu'en quelques jours, le système immunitaire des gens traités à la graine de nigelle s'était amélioré visiblement. Il prit alors deux cellules du système immunitaire dans le sang, l'une chargée de renforcer le système immunitaire et la seconde de neutraliser les maladies et les microbes.Son expérience lui permit de constater que la première cellule s'était améliorée de 72% et la seconde de 73%.


Tel est le rendement brut de la graine de nigelle. Le docteur Qadî estima qu'un verset du Coran faisait état des vertus du miel d'abeilles et qu'il serait souhaitable d'essayer de faire converger le pouvoir guérissant de la médecine coranique, le miel, et de la médecine prophétique, la graine de nigelle.

Il essaya alors une préparation composée de miel et de graine de nigelle, à laquelle il rajouta de l'ail dont les vertus sont établies, qu'il administra à des patients atteints de cancer.  
 
Les résultats étaient stupéfiants: le système défensif de la première cellule s'était amélioré de 200% et celui de la seconde de 300%.

Les résultats de ses expériences furent présentés à l'union des associations américaines des sciences biologico expérimentales qui a reconnu l'exactitude des résultats et les a transmis aux différentes agences de presses mondiales assurant au docteur une grande renommé.



 
1-Le mal de tête
Ibn al-Qayyim affirme dans le chapitre « La médecine prophétique » de son ouvrage « Le bagage pour l'au-delà » :  

« L'application de l'huile de nigelle en pansement élimine les maux de tête non accompagnés de fièvre ».Un second mode d'emploi : appliquer l'huile de nigelle sur la partie douloureuse puis masser.
Un troisième: mélanger les graines de nigelle pilées à de l'huile d'olive et administrer par voie nasale quelques gouttes du produit résultant.


2- La migraine hémi céphalique
 
Prendre une petite quantité de graines de girofle pilées, de la poudre de graines de nigelle et de l'orge pilée, bien mélanger le tout et pétrir avec du miel d'abeille. Appliquer le mélange sur la partie souffrante le soir jusqu'au matin en accompagnant ce traitement d'une prise d'une cuillère à café d'huile de nigelle à jeun et ce, pendant trois jours.
3- Le rhume


« Si le patient met dans un bocal de la graine de nigelle pilée qu'il sent régulièrement, il sera délivré de son rhume ».  

 (Ibn al-Qayyim in « Le bagage pour l'au-delà »)
Grillée puis pillé, enfin mélangée à de l'huile d'olive puis administrée par voie nasale sous forme de gouttes, trois à quatre fois par jour, le patient s'en trouve guéri du rhume occasionnel accompagné d'éternuements nombreux.


4- Le mal de dent, de la gencive, de l'aluette et de la gorge
 
Ibn al-Qayyim déclare:  

 « Si la graine de nigelle est cuite avec du vinaigre et que le patient utilise la préparation dans des bains de bouche, le mal de dents du patient produit par la sensibilité au froid disparait alors ».Autre préparation : Faire bouillir de la graine de nigelle et utiliser l'eau de la bouillie dans des bains de bouche et des gargarismes. Etaler de l'huile de nigelle sur le cou et des bords du maxillaire
supérieur du côté des dents en prenant une cuillerée d'huile de nigelle à jeun tous les matins.


5- Le vertige, l'otite et les troubles d'audition
 
Contre les vertiges, il est conseillé de masser les tempes et la nuque d'huile de nigelle.Contre l'otite, il est conseillé de mettre quelques gouttes d'huile de nigelle bien filtrée dans l'oreille.


6- Les maux de l'oeil


Appliquer l'huile de nigelle sur le pourtour de l'oeil et mélanger quelques gouttes de cette huile à n'importe quelle boisson chaude ou encore à du jus de carottes et consommer le mélange.
7- La déformation occasionnelle du faciès


Ibn al-Qayyim déclare :  

« L'huile de nigelle remédie aussi aux déformations du menton (lorsque ce dernier a tendance à pencher vers un côté du visage) par application et massage du nez.
8- Dans le traitement de l'insomnie
 
Prendre une cuillerée d'huile de nigelle mélangée à du lait bien chaud sucré au miel d'abeilles.

9- Dans le traitement des céphalées

Prendre une cuillerée d'huile de nigelle mélangée à du jus de mûres sauvages.

10- Le traitement de l'essoufflement et de l'insuffisance respiratoire

Ibn al-Qayyim déclare :  

« La prise d'une quantité de graines de nigelles mélangée à de l'eau élimine l'essoufflement et les troubles respiratoires ».
11- L'asthme
 
Faire bouillir de l'huile de nigelle et respirer profondément la vapeur dégagée matin et soir en y ajoutant une cuillerée d'huile de nigelle à broyer et avaler matin et soir également, à condition que cela soit fait en avant des repas.  

 
Il est tout aussi conseillé de se masser la poitrine et le cou d'huile de nigelle avant de se coucher. Il est généralement conseillé de consommer beaucoup d'huile de nigelle en raison de ce qu'elle renferme du nigelle dont les propriétés favorisant une bonne respiration sont connues dans le traitement de l'asthme et de la toux.
12- Les problèmes cardiaques et la tension artérielle
 
Il est conseillé de consommer de l'huile de nigelle en quantité avec n'importe quelle boisson chaude en raison de son absorption des matières grasses et de son pouvoir à élargir veines et artères.
13- L'hypertension


Ajouter quelques gouttes à une quelconque boisson chaude et consommer.
14- Les maladies pulmonaires dues au froid


Prendre une grande cuillère d'huile de nigelle, mélanger à de l'eau, mettre à ébullition, inspirer les vapeurs dégagées en mettant une serviette de bain sur la tête; prendre parallèlement de la tisane de thym mélangée à de la poudre de graine de nigelle où à son huile.
15- Les maux de l'estomac et des intestins


Ibn al-Qayyim déclare:  

"la graine d'huile de nigelle amoindrit les maux de l'estomac.
16- L'aigreur
 
Quelques gouttes d'huile de nigelle mélangée à du lait bien chaud sucré au miel d'abeilles.
17- Les ulcères


Prendre une cuillerée d'huile de nigelle, mélanger à une tasse à café de miel d'abeilles, ajouter une cuillère de pelures de grenades douces, consommer le mélange quotidiennement à jeun en le faisant suivre d'un verre de lait non sucré et ce, pendant deux mois.
18- Les crises intestinales


Prendre des quantités égales d'anis, de cumin et de menthe, mélanger et faire bouillir, sucrer au miel et ajouter à l'infusion une cuillère d'huile de nigelle. Consommer chaud. Il est souhaitable de masser l'endroit douloureux avec de l'huile de nigelle.
19- Les maux du pancréas


Mettre une compresse de confis de graine de nigelle pétrie dans de l'huile d'olive réchauffée sur le côté gauche avant de dormir. Consommer en parallèle un verre de tisane de fenugrec sucrée au miel et ajoutée d'une cuillère d'huile de nigelle et ce, pendant quinze jours
20- Les ballonnements et l'expulsion des gaz


Ibn al-Qayyim déclare:  

 « la graine de nigelle élimine les ballonnements, dégage les conduits obstrués et dissout les gaz ».Mettre trois gouttes d'huile de nigelle dans une tasse de café ou de thé et consommer.


21- Les nausées et les vomissements
 
Une cuillerée de clou de girofle pilée, une cuillerée d'huile de nigelle, mélangées à une tisane de menthe trois jours durant. Autre procédé: Faire bouillir de la graine de nigelle et du cloude girofle et consommer trois fois par jour sans sucrer.


22- Les diarrhées


Mélanger une cuillère à soupe d'huile de nigelle à un verre de yaourt et consommer. Réitérer le traitement jusqu'à disparition de la diarrhée.
23- Les problèmes liés à l'élimination de l'urine, les règles et l'activité mammaire


Ibn al-Qayyim nous dit:  

"Pilée, pétrie avec du miel et consommée avec de l'eau chaude, ... la graine de nigelle facilite l'élimination de l'urine, des règles et pallie les problèmes de sécrétion de lait si le mélange est consommé régulièrement.Autre façon: Masser la partie au dessus de la vessie avec de l'huile de nigelle en consommant en parallèle de l'infusion de graine de nigelle sucrée au miel chaque soir avant de dormir.


24- L'insuffisance sexuelle
 
Prendre 200 grammes de graines de nigelle bien pilées, ajouter 100 grammes d'encens mâle écrasé, 50 grammes d'huile de nigelle, 50 grammes d'huile de roquette 50 grammes d'huile d'olives, 200 grammes de miel d'abeille pur. Mélanger le tout et consommer une cuillère avec chaque repas.Le vieillard de 120 ans ressentira la vitalité d'un homme de 20 ans.



25- Les maux du dos et des articulations (le rhumatisme)

Réchauffer légèrement de l'huile de nigelle et masser énergiquement l'endroit douloureux. Consommer aussi une cuillère d'huile de nigelle trois fois par jour.

26- Le traitement des entorses et des contusions

Faire bouillir une poignée de graines de nigelle, immerger le membre atteint dans l'eau de la bouillie pendant un quart d'heures en tachant d'articuler doucement le membre. Masser ensuite le membre d'huile de nigelle. Ne pas bander, ni agiter ni porter quoique ce soit et ce, avant dedormir.


27- La résorption des fractures


Prendre une soupe de lentilles, de l'oignon et des oeufs durs. Consommer avec une cuillère bien remplie d'huile de nigelle. Masser d'huile de nigelle les emplacements proches de la fracture. Dès retrait du plâtre,masser doucement à l'huile de nigelle chauffée.
28- La fragilité des os et le problème de la paralysie chez l'enfant


Après retrait des vêtements de l'enfant dans une salle chaude,lui piquer tout le corps d'épines de poisson après quoi masser à l'huile de nigelle. Administrer trois fois par jour au malade une cuillère d'huile de poisson.
29- La lutte contre la chute de cheveux


Bien masser le cuir chevelu de citron , et laisser agir pendant un quart d'heure. Bien laver au shampoing puis bien sécher. Appliquer ensuite de l'huile de nigelle sur tout le cuir chevelu pendant une semaine et la chute de cheveux disparaîtra totalement si Dieu le veut.
30- Le traitement de la calvitie totale et partielle


Une cuillère de graine de nigelle pilée, une tasse à café de vinaigre dilué, une cuillère à café de jus d'ail. Mélanger le tout et appliquer sur la partie atteinte après élimination des poils et grattage de la partie malade. Recouvrir d'une compresse et laisser agir du matin au soir. Masser alors d'huile de nigelle pendant une semaine.
31- Le traitement de l'herpès


Appliquer de l'huile de nigelle sur la partie malade quotidiennement. Il est conseillé de répéter l'opération plusieurs fois par jour.
32- Le traitement des diverses manifestations de champignons dermiques


Prendre un verre de graines de nigelle pilées, un verre d'essence de pommes, un verre d'huile de nigelle. Faire bouillir l'essence de pomme puis verser successivement la graine de nigelle pilée puis l'huile. Remuer jusqu'à épaississement. Appliquer sur la partie malade pendant unesemaine.


33- Le traitement des verrues


masser à l'huile de nigelle pendant quinze jours en s'appliquant à prendre une cuillerée d'huile de nigelle trois fois par jour.
34- Le traitement de la dépigmentation de la peau et des croûtes


Ibn al-Qayyim déclare:  

"Pilée et mélangée à du vinaigre puis étalée sur les parties atteintes de dépigmentation ou de croûtes ou de pellicules, la graine de nigelle éradique le mal.
35- L'élimination de l'acné juvénile
 
Ajouter à un verre de graines de nigelle un demi-verre d'épluchures de grenades. Malaxer le tout avec un verre d'essence de pomme. Réchauffer à température supportable et mélanger à une même quantité d'huile de nigelle. Appliquer sur les boutons et les tubérosités.
36- Traitement des maladies dermiques en général


Préparer un mélange d'huile de nigelle, d'essence de rose et de farine de blé aux proportions 2-1-1 respectivement. Nettoyer l'endroit malade par un coton imbibé de vinaigre dilué, étaler la préparation et exposer l'endroit malade au soleil de bon matin. Il est conseillé d'éviter les nourritures entraînant des effets allergiques: oeufs, poissons, mangue etc.
37- Traitement de l'eczéma


Appliquer de l'huile de nigelle tiède sur les parties irritées.
38- Traitement des états dépressifs


Ajouter cinq gouttes d'huile de nigelle à une tasse de café oude thé.



39- Traitement du cancer localisé

Masser trois fois par jour l'emplacement de la tumeur et prendre après chaque repas, pendant trois mois, un verre de jus de carottes mélangé à une cuillère d'huile de nigelle.
40- Traitement du diabète


Un verre de graines de nigelle pilées mélangé à une cuillère de myrrhe finement moulu, un demi-verre de graines de cardamine, un verre de pelures de grenades écrasées, un verre de semences de choux écrasées, une cuillère de férule mélangée à de l'huile de nigelle ; Consommer à jeun.
41- Traitement des problèmes gynécologiques et obstétriques


Prendre une cuillerée d'huile de nigelle et mélanger à une infusion d'anis sucrée au miel, cinq fois par jour pendant quarante jours. Il est conseillé d'utiliser l'huile de nigelle avec toutes boissons chaudes contre les maladies obstétriques.
42- Traitement de la mauvaise mine


Mélanger une cuillère d'huile de nigelle et une cuillère d'huile d'olive, masser le visage de ce mélange et laisser agir pendant une heure. Laver le visage à l'eau et au savon.


43- Développement de l'intelligence et amélioration de la mémoire

Mettre une cuillerée d'huile de nigelle dans une tisane de menthe sucrée au miel naturel. Consommer chaud.
44- Traitement des états de fatigue générale


Prendre quotidiennement et à jeun un verre de jus d'orange mélangé à une cuillère moyenne d'huile de nigelle pendant dix jours.  

 

 



_________________
Quand l'erreur est partout la plainte est sans espoir.
Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va !
Ne peut parler d'amour que celui qui aime.
«Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est
pas vraie.» J. Prévert
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS











LAVANDE

LAVANDULA ANGUSTIFOLIALAVANDULA LATIFOLIALABIATEAE = LABIATEAE



Les lavandes sont des arbrisseaux typiques de la région méditerranéenne (climat chaud est sec pendant plusieurs mois en été, pluies hivernales et printanières) et ils se développent bien dans les terrains calcaires en moyenne et basse altitude   (0 à 800m).Ce sont des plantes très aromatiques au feuillage discret, vert gris ou cendré, et aux inflorescences en épis grêles ou en glomérules à fleurs bleu-violacé.L’espèce officinale en France est Lavandula angustifolia (à feuilles étroites) = L. officinalis = L. vera ; une autre espèce sauvage (lavande aspic) est moins utilisée : Lavandula latifolia (à feuilles larges) = lavandula spica.
Il existe des formes hybrides naturelles ou fruits de sélections agronomiques : les lavandins : Lavandula intermedia = Lavandula hybrida ; les hybrides ou les variétés de cultures (cultivars) sont l'objet de cultures industrielles, notamment en Provence (rendement en huile essentielle amélioré, variétés à huile essentielle à composition chimique précise (chémotypée)).
Lavandula stoechas est une autre espèce commune en France dans les jardins, elle possède des fleurs de plus grande taille avec un feuillage décoratif.
Les lavandes méditerranéennes ont été répandues et sont cultivées dans le monde entier mais il existe d'autres lavandes indigènes (en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord).







Les inflorescences et l'huile essentielle sont médicinales





 
                     COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES
La composition chimique et la quantité d'huile essentielle de lavande officinale varient en fonction des conditions de culture, de la saison, de la variété culturale et même de la technique d'extraction.Voici un exemple emprunté à un document agronomique : 2.000 - 3.500 kg de fleurs fraîches par hectare donnent 400 à 700 kg de fleurs sèches et 15 à 35 kg d'huile essentielle.

Pour être "officinale" l'huile essentielle de lavande doit contenir 25 à 38% de linalol (alcool), 25 à 45% d'acétate de linalyle (ester), 0,1 à 0,5% de limonène (monoterpène), 0,3 à 1,5 % de cinéole
(= eucalyptol), 0,2 à 0,5% de camphre (monoterpène), 0,3 à 1% d'alpha-terpinéol (alcool).
D'autres normes imposent un contenu minimum en composés spécifiques : 0,3% en lavandulol et 2% de son ester acétique.
L'huile essentielle contient également de l'eugénol, du caryophyllène.


L'huile essentielle de lavandin "grosso" est également officinale, sa composition est proche de celle de la lavande officinale : 25 à 35 % de linalol, 28 à 38 % d'acétate de linalyle, 4 à 7 % de cinéole, 6 à   8 % de camphre : c'est une huile beaucoup plus camphrée donc moins "agréable".
L'huile essentielle de lavande aspic présente une composition très différente de la variété officinale : en général beaucoup plus de camphre (jusqu'à 20%) et de cinéole (jusqu'à 40%), elle est moins appréciée.
Les inflorescences de lavandes contiennent d'autres composés pharmacologiquement actifs : des flavonoïdes, des acides phénols (rosmarinique, caféique)
Les huiles essentielles de lavande et de lavandin officinaux sont :


  • antibactériennes et modérément antifongiques
  • apaisantes, anxiolytiques, sédatives, antispasmodiques
  • antalgiques (général et local)
  • cicatrisantes
  • insectifuges
  • peut-être légèrement hypoglycémiantes

                                    UTILISATIONS



Les fleurs ou les inflorescences des lavandes (officinale, aspic, hybrides) sont récoltées à maturité.On peut en faire une teinture alcoolique qui contiendra les terpénoïdes de l'huile essentielle.On obtient l'huile essentielle par distillation à la vapeur des fleurs ; on procède à cette distillation le plus tôt possible après la récolte (pour éviter la fermentation de la masse végétale et la perte d'huile essentielle qui est très volatile).


Les indications thérapeutiques de la lavande sont fonction de ses propriétés pharmacologiques.


                                     Usage externe


(attention certaines personnes sont allergiques aux huiles essentielles des différentes lavandes) :


  • plaies et brûlures (jusqu'au 2ème degré comme les coups de soleil) récentes ou infectées : on peut utiliser une infusion concentrée, la teinture alcoolique ou l'huile essentielle pure ou diluée au 1/10 dans de l'alcool à 60° ; l'huile calme un peu la composante douloureuse des brûlures
  • le zona est aussi une indication : l'huile essentielle de lavande pure en application locale semble atténuer la douleur et raccourcir le temps de guérison des vésicules cutanées
  • les dermatoses d'origines mycosiques en association avec d'autres huiles essentielles (comme celle du "tea tree" par exemple)
  • leucorrhée : en cas d'infection mycosique on peut parfois obtenir un bon résultat en incorporant de l'huile essentielle de lavande officinale directement dans un savon gynécologique liquide
  • pour éliminer les poux de tête : quelques gouttes d'huile essentielle de lavande directement sur les cheveux en les coiffant, une à deux fois par semaine, ou mélanger l'huile essentielle de lavande avec le shampooing (10 gouttes dans une grosse cuillerée à soupe de shampooing) mais c'est moins efficace.
  • classiquement pour éliminer ou éloigner les insectes des armoires (un sachet en tissu rempli de fleurs sèches de lavande.


                                       Usage interne





  • infections respiratoires (bronchites aiguës ou chroniques, sinusites), digestives (gastro-entérite, colite), urinaires (cystite, urétrite) : 2 à 3 gouttes 3 à 4 fois par jour dans du miel, sur un morceau de sucre ou avec un peu de lait concentré.
  • difficulté à s'endormir, insomnie, anxiété légère, nervosisme : plusieurs études montrent que l'huile essentielle de lavande officinale est apaisante, sédative, surtout chez les personnes âgées. exemple : 2 g de fleurs de lavande (plus ou moins deux cuillerées à café) dans un bol d'eau très chaude, infuser 5 à 10 minutes, le soir 1/2 à 1 heure avant le coucher.exemple :

  • pour l'anxiété légère (2 à 3 gouttes d'huile essentielle(lavande officinale) 3 fois par jour) ;
  • pour faciliter l'endormissement (2 à 4 gouttes d'huile essentielle (lavande officinale) 1/2 h à 1 h avant le coucher).


                          L'huile essentielle de lavande officinale




est un peu antalgique et antispasmodique :


  • douleurs rhumatismales (3 à 4 gouttes 2 à 3 fois par jour par voie buccale et massage aux alentours de la région douloureuse avec quelques gouttes d'huile essentielle pure ou diluée dans de l'huile de massage (20 gouttes d'huile essentielle de lavande dans 10 ml d'huile de massage (amande douce par exemple)
  • dysménorrhée de la jeune fille : légère atténuation de la douleur et des spasmes avec 3 à 4 gouttes d'huile essentielle 3 fois par jour, à commencer 2 jours avant les règles.
                                    ATTENTION :


  • Il ne faut pas dépasser les posologies conseillées car les huiles essentielles de lavandes (officinale, aspic, lavandin) sont toxiques a fortes doses(comme la majorité des autres huiles essentielles).
  • certaines personnes sont allergiques aux lavandes (crise d'asthme, eczéma)
Les extraits de lavande sont très utilisés en cosmétologie et parfumerie







 
                                          RESUME
Une huile essentielle parfumée, antiseptique et apaisante
Les lavandes sont des arbrisseaux aromatiques typiques des régions tempérées à saison sèche prolongé ; les huiles essentielles de lavandes sont présentes dans de nombreux produits cosmétologiques et sont très utilisées en parfumerie. Ce sont des huiles essentielles médicinales : antiseptiques, antispasmodiques et sédatives






_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS






MILLEPERTUIS
HYPERICUM
HERBE DE LA ST JEAN


HYPERICUM PERFORATUM

CLUSIACEAE ou HYPERICACEAE

Hypericum est un genre botanique qui comprend plusieurs centaines d'espèces herbacées ou arbustives (plus de 400) répandues dans toutes les régions tempérées, de l'Asie, de l'Europe et des Amériques.
Certaines espèces d'Hypericum ont été introduites en Australie où elles sont considérées comme envahissantes.

Hypericum perforatum, le véritable millepertuis, est une petite plante herbacée vivace, de 20 à 90 cm, très commune en Europe, que l'on rencontre dans les endroits bien ensoleillés et secs : terres incultes, jachères, bords de chemins et de routes.
La tige du millepertuis est rougeâtre, les feuilles ovales, sessiles et opposées, donnent l'apparence d'être criblées de petits trous, ( mille pertuis : pertuis = trou = orifice = passage en français ancien).

Ce sont en fait de petits organes glandulaires, plus ou moins transparents, qui contiennent une huile essentielle.
On note des ponctuations noires sur les faces inférieures des feuilles.
Quand on froisse les feuilles entre ses doigts, ils se tachent de rouge.
Les fleurs du millepertuis, en cymes terminales, sont pentamères, d'un jaune éclatant (ponctué de noir), virant au rouille quand elles se fanent. Les étamines, très nombreuses, sont rassemblées en 3 faisceaux. Le fruit d'Hypericum perforatum est une capsule qui s'ouvre en trois parties. Le millepertuis, Hypericum perforatum, est en pleine floraison au début de l'été, c'est l'herbe de la saint Jean, St John wort en anglais.
Hypericum perforatum s'hybride facilement avec des espèces voisines (barbatum, maculatum, montanum etc..) on rencontre donc assez souvent des types de millepertuis intermédiaires



 
                    COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES
Le millepertuis contient :
  • des composés que l'on trouve dans beaucoup de végétaux : 4 à 5 % de flavonoïdes (rutine, quercétine, kaemférol, lutéoline), des caroténoïdes, pas mal de tanins (10% du poids sec)
  • d'autres composés phénoliques pharmacologiquement intéressants : acide chlorogénique et d'autres acides phénols, des dérivés du phloroglucinol (dont l'hyperforine), des xanthones
  • 0,1 % d'huile essentielle (pinène, carbures sesquiterpéniques)
  • des naphthodianthrones qui sont caractéristiques de cette plante ; ce sont des molécules aromatiques condensées et oxygénées (quinone) responsables de la coloration rougeâtre qui apparaît quand on froisse les feuilles : hypéricine, pseudohypéricine et des composés voisins.

L'hypéricine est une substance naturelle puissamment photo-sensibilisante. D'après les chimistes, elle absorbe le rayonnement visible et UV et devient phototoxique en libérant des radicaux libres très réactifs (oxygène singulet) ; je cite : "il y a un transfert de proton photo-induit à partir du premier état triplet".
En pratique : si l'on applique du "jus" rougeâtre d'Hypericum perforatum sur la peau fine ou sur la peau érodée et que l'on s'expose au soleil, on risque l'apparition d'un érythème (rougeur et douleur), voire des phlyctènes et de micronécroses. Le pouvoir phototoxique du millepertuis induit des troubles parfois sérieux chez les herbivores qui en absorbent en grande quantité.
L'hypéricine est antiviral, active contre les virus "encapsulés", exemples : herpès, hépatite B, cytomegalovirus, certains virus provoquant des infections respiratoires "grippales", des rétrovirus (dont le virus du Sida (VIH))et beaucoup d'autres virus. Le pouvoir antiviral de l'hypéricine a été étudié in vitro et chez l'animal ; les essais chez l'homme (Sida) ont été abandonnés (à ma connaissance).

Les pharmacologues n'arrivent pas à déterminer précisément les substances responsables des propriétés pharmacologiques d'Hypericum perforatum, le millepertuis.

Hypericum perforatum possède en effet pas mal de propriétés intéressantes :

  • modificateur de l'humeur : sédatif, anxiolytique, antidépresseur
  • anti-inflammatoire (flavonoïdes + huile essentielle)
  • antibactérien et antiviral (flavonoïdes dont l'hyperforine et l'hypéricine)
  • antiseptique, astringent et cicatrisant (flavonoïdes et tanins)
  • antalgique
  • régulateur de la fonction hépatique(activation de certains enzymes : enzymes de l'ensemble cytochrome P450) et gastrique
  • stimulant respiratoire balsamique



               Hypericum perforatum, le millepertuis, régulateur de l'humeur,
                                  anxiolytique et antidépresseur



Le millepertuis, Hypericum, est surtout connu, actuellement, comme une plante médicinale anti-dépressive et calmante.
Depuis une quinzaine d'années il y a eu beaucoup d'études sur le pouvoir antidépresseur d'Hypericum. Les résultats sont irréguliers, voire contradictoires, mais les études souvent biaisées. En effet, les commanditaires de ces enquêtes sont en général des laboratoires, "pro ou anti-hypericum", impliqués dans le commerce des médicaments psychotropes. Les résultats les plus récents et les plus indépendants confirment le pouvoir antidépresseur des extraits d'Hypericum, chez l'humain, dans le cas de dépression légère et modérée.
Ces études montrent aussi l'intérêt du millepertuis pour lutter contre l'insomnie et pour améliorer la qualité du sommeil. Pendant longtemps les pharmacologues considéraient les extraits d'Hypericum comme des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), mais maintenant ils penchent plus pour une action inhibitrice sur l'absorption des neurotransmetteurs au niveau des synapses neuronales : sérotonine, noradrénaline et dopamine. On connaît le rôle très important de la sérotonine dans la régulation de l'humeur.


                                 UTILISATIONS

Le millepertuis, Hypericum, peut être pris :
  • en infusion de la plante fraîche ou sèche : 100 g à 150 g de plante fraîche ou 25 à 50 g de plante sèche dans un litre d'eau. Cette infusion assez astringente peut constiper
  • en infusé dans l'huile : 500 g d'Hypericum, dans un litre d'huile végétale (olive par exemple), à mettre au soleil pendant plusieurs jours ou à chauffer doucement pendant 2-3 heures, filtrer et conserver à l'abri de la lumière dans un récipient bien bouché
  • en teinture mère si possible de plante fraîche
  • en extrait fluide
  • en plante cryobroyée ou en poudre de plante
  • en nébulisât
  • sous forme d'extraits dosés en hypéricine ou hyperforine

On trouve facilement dans le commerce des spécialités pharmaceutiques contenant du millepertuis ou des extraits de millepertuis

                      Dépression, trouble obsessionnel compulsif

Exemple de posologie
Hypericum perforatum : teinture mère si possible de plante fraîche, 50 gouttes 3 fois par jour Hypericum perforatum : gélules ou gouttes, extraits standardisés en Hypéricine (0,3 %, ou 250 à 500 µg d'hypéricine totale par capsule) ou en hyperforine (1 à 3 %) : 300 à 400 mg d'extraits standardisés 2 à 3 fois par jour ou gélules standardisées, 2 à 3 fois par jour


              Troubles du sommeil, syndrome prémenstruel, sevrage du tabac

Exemple de posologie
  • Médicaments standardisés en hypéricine ou hyperforine : 200 à 300 mg d'extraits d'Hypericum
  • Poudre d'Hypericum cryobroyée : 1g soit deux gélules par jour
  • Teinture mère d'Hypericum : 30 gouttes 3 fois par jour ou 50 gouttes le soir
  • Infusion de millepertuis : 2 à 4 tasses par jour

        Plaies douloureuses de la main et des doigts, brûlures du deuxième degré,
                                 plaies infectées et douloureuses

Ces indications sont plus traditionnelles et plus anciennes. On peut utiliser l'infusion-décoction de millepertuis ou l'huile de millepertuis. Des études récentes ont montré que le millepertuis était actif sur des souches de staphylocoque résistantes aux antibiotiques et favorisait la cicatrisation. Il faut protéger la partie traitée des rayons du soleil.
 
                                     Douleurs névralgiques

Cette indication de l'huile de millepertuis est assez ancienne. On l'applique en massage sur les régions douloureuses ou sur le bas de la colonne vertébrale et le long du nerf sciatique en cas de douleur chronique du type sciatique subaiguë



                                         Dermatologie

Des travaux récents ont étudié la possibilité d'utiliser l'hypéricine concentrée suivi d'une exposition à une lumière intense, pour éliminer les dyskératoses, les cancers baso-cellulaires de la peau et même certains mélanomes difficiles à opérer.


             CONTRINDICATIONS ET INTERACTIONS MEDICAMENTEUSES

Le millepertuis, Hypericum perforatum est, jusqu'à présent, déconseillé aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitant bien que des études récentes, mais portant sur un nombre trop restreint de sujets, n'aient révélé aucun problèmes chez la femme enceinte ou allaitant. Les extraits de millepertuis augmentent l'activité de certains enzymes hépatiques qui ont pour mission de détoxiquer l'organisme, mais qui accélèrent aussi la dégradation de nombreuses molécules, dont certains médicaments importants, mais utilisés par peu de gens.

Citons en quelques-uns :
  • les inhibiteurs de protéase et les inhibiteurs de la transcriptase inverse (traitement du sida) ;
  • la cyclosporine (inhibiteur immunitaire utilisé dans la prévention du rejet des greffes) ;
  • les antivitamines K (traitement anticoagulant) ;
  • certains médicaments utilisés dans le traitement du cancer ; et aussi dans une moindre mesure
  • certains antibiotiques ;
  • les statines (anticholestérol) ;
  • la pilule anticontraceptive et d'autres hormones (oestrogène et cortisol);
  • la théophylline (traitement de la crise d'asthme).
  • la digoxine (insuffisance cardiaque) voit aussi son métabolisme modifié, peut-être par une modification de son absorption intestinale

La majorité des gens peut donc utiliser le millepertuis (rappel : sauf ceux qui utilisent des antirétroviraux, de la ciclosporine, un traitement anticoagulant, ou de la digitaline )
Les extraits de millepertuis interagissent avec les antidépresseurs de synthèse (Du type "Prozac", IMAO ou tricyclique) il faut passer en douceur d'un traitement à l'autre.


 
                                         RESUME
UNE PLANTE CONTRE LA DEPRIME
Hypericum perforatum, le millepertuis, est une petite plante commune dans les pays tempérés du monde entier. Elle contient de l'hypéricine, une substance photosensibilisante. Les extraits de millepertuis permettent de soigner la dépression légère ou modérée, l'anxiété légère et l'insomnie. Les extraits de millepertuis sont contre-indiqués chez certaines personnes notamment les malades du sida et les porteurs de greffes.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS










MORINGA
RAIFORT ARBORESCENT


MORINGA OLEIFERA

MORINGACEAE




Le Moringa est un petit arbre originaire d'Asie tropicale, naturalisé et cultivé dans de nombreux pays tropicaux.









C'est un arbre assez résistant à la sécheresse, facile à cultiver, très commun aux Indes, dans tout le sud-est de l'Asie, aux Philippines, en Afrique.
Il est également présent en Amérique du sud.



Son feuillage peu fourni mais élégant, est décoratif ; nombreuses fleurs blanches ; le fruit est une gousse persistant assez longtemps en forme de baguette de tambour (drumstick tree).

Les fleurs, les jeunes gousses, les rameaux et les feuilles sont comestibles après cuisson. La saveur de la racine est piquante et rappelle le raifort ou le gros radis, les graines donnent l'huile de Ben, mais c'est aussi une plante d'usage courant en médecine traditionnelle aux Indes.

 



                      COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES


Toutes les parties végétatives contiennent un hétéroside à saveur piquante qui s'hydrolyse à 100 °C en présence d'eau.

Le feuillage a une teneur très intéressante en

  • protéines (assimilables à 90%) : 8 à 9% du poids humide, environ 25% du poids sec,
  • en vitamine A (presque 2000 microgrammes pour 100g),
  • en vitamine C (180 mg pour 100 g) et en vitamine B1 (220 microgrammes pour 100g).

Les feuilles contiennent aussi beaucoup de calcium, de fer et de potassium

Rappelons que d'autres feuillages sont également fort intéressants pour leur contenu en protéines, vitamines et minéraux et leur facilité de culture, par exemple : les amarantes Amaranthus spsp, le chou canaque Hibiscus manihot, le manioc Manihot esculenta.

Une étude faite en Thaïlande en 2007 montre que le moringa contient des substances antioxydantes qui font de plus baisser le taux de lipides sanguins, au total on observe une action anti-athéromateuse. En effet, l'administration pendant 12 semaines d'un extrait de moringa chez des lapins artificiellement nourris pour être hypercholestérolémiques provoque une baisse du taux de cholestérol sanguin qui s'accompagne d'une diminution d'environ 50 à 86% de la formation des plaques d'athérome. Un effet semblable à celui des statines synthétiques.

Une étude japonaise de 2007 montre que la consommation de feuilles de Moringa améliore le diabète de rats naturellement diabétiques.
Les composés actifs semblent être des polyphénols très ubiquitaires et communs chez les végétaux : dérivés du quercétol, du kaemférol, la rutine et certains acides phénols (acide chlorogénique).

L'huile essentielle de feuilles et l'extrait hydro-alcoolique (éthanol 70%) de graines sont actifs sur des dermatophytes communs.
Une étude chinoise de 2005 confirme le pouvoir antifongique de certains extraits de Moringa sur certains champignons parasites de la peau : Trichophyton rubrum, Trichophyton mentagrophytes, Epidermophyton xoccosum et Microsporum canis. Par contre, l'extrait hydro-alcoolique de feuille n'est quasiment pas antifongique.

L'extrait méthanolique des feuilles produit chez la souris une légère hypothermie qui potentialise les effets des barbituriques. C'est un dépresseur du système nerveux central (SNC) qui, chez l'animal, provoque une certaine incoordination motrice, avec perte du tonus musculaire (myorelaxant), réduction de l'activité et de la curiosité (recherche de nourriture, test du labyrinthe). Pour certains auteurs cet effet dépressif du SNC associé à l'hypothermie rappelle celui de la réserpine ou de la chlorpromazine.

Les graines renferment 15 à 35 % d'une huile comestible jaune claire, inodore et de saveur douce qui a la particularité de ne trop rancir et d'être très fluide.

Il semblerait que certaines populations Africaines utilisent traditionnellement la graine de moringa écrasée pour purifier l'eau de boisson. Les tourteaux résultant de l'extraction de l'huile sont également utilisables pour clarifier et purifier l'eau. On sait maintenant que ce sont les protéines de la graine de moringa qui servent à clarifier par coagulation les eaux turbides et qu'une fraction très particulière, le polypeptide "FLO" possède en plus une action antibactérienne très puissante.
Cet extrait de moringa est aussi efficace et moins cher que les sels d'aluminium utilisés pour clarifier et purifier l'eau.
Le peptide antimicrobien "FLO" est l'objet d'études : amélioration du pouvoir antimicrobien, production par génie génétique.





 
                                 UTILISATIONS
Les feuilles fraîches ou sèches sont un excellent complément alimentaire particulièrement recommandé chez l'enfant pour sa haute teneur en protéines assimilables. Des formules de bouillies infantiles ( céréales locales, huile de palme, graines d'arachide, sel iodé et fluoré) ont été mises au point en Afrique contenant 10 à 20 % de poudre de feuilles de Moringa.
En Asie les feuilles et les jeunes gousses sont un aliment traditionnel très apprécié (cuisson courte comme des épinards ou des haricots verts).
La consommation régulière de feuilles de Moringa oleifera est à recommandée en cas de diabète léger de type 2, d'hypercholestérolémie et d'athérome.

En médecine traditionnelle presque toutes les parties de l'arbre sont utilisées. Les feuilles légèrement chauffées sont un traitement des fièvres "grippales". Plus longuement cuites, elles sont nutritives, comme nous l'avons vu, et "rafraîchissantes", légèrement antalgiques (douleurs musculaires, rhumatismales).
L'extrait aqueux est considéré comme antifertilisant.

Le jus des feuilles fraîches, les feuilles froissées ou la racine écrasée sont révulsifs et servent :

  • comme sinapismes dans les affections broncho-pulmonaires,
  • comme antinévralgiques, écorce et feuilles broyées appliquées sur la tête (migraine, névralgie faciale) ou sur la région douloureuse,
  • pour supprimer ou réduire la sécrétion lactée (montée de lait) en friction sur les seins.

On pourrait envisager d'inclure l'extrait méthanolique de feuilles dans des phytomédicaments visant à traiter les cas d'anxiété avec agitation, et peut-être aussi pour calmer certaines douleurs migraineuses.

L'huile de ben (huile de graine), consommée aux Indes, a longtemps servi en horlogerie pour lubrifier ressorts et rouages et en parfumerie pour fixer les parfums par macération ou enfleurage.

Clarification et purification de l'eau
Exemple 1 : Pulvériser 50 grammes de graines de Moringa oleifera pour un litre d'eau douce à traiter. Laisser en contact 30 minutes en agitant de temps en temps et filtrer.
Exemple 2 : préparer d'abord une suspension de 2 cuillerées à café de poudre de graines sèches de moringa dans 1/4 de litre d'eau claire ou bouillie, bien homogénéiser, filtrer. Ajouter le filtrat à 20 litres d'eau à traiter en remuant l'eau pendant une dizaine de minutes, puis laisser reposer.

Signalons qu'un autre moringa, Moringa stenopetala, originaire d'Ethiopie, possède des propriétés voisines : nutritionnelles, diététiques, pharmacologiques et qu'on peut aussi l'utiliser pour purifier l'eau de boisson.


 
                                       RESUME
Un tranquilisant végétal à découvrir

Le moringa est un arbre tropical dont le feuillage et les jeunes fruits sont comestibles après cuisson, leur contenu en protéines assimilables est particulièrement intéressant en diététique infantile.
Des graines on extrait l'huile de Ben, très fluide et utilisée en horlogerie et en parfumerie
ainsi que des protéines servant à clarifier et purifier les eaux de boisson.
Le jus des feuilles est révulsif et on peut l'employer comme sinapisme antinévralgique.
Certains extraits ont une action apaisante, calmante, tranquillisante
mais ne sont pas encore commercialisés en Europe.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS
















MUSCADIER

MYRISTICA FRAGRANS

MYRISTICACEAE


Cette petite famille botanique comprend peu de genres et 380 espèces d'arbres
des forêts tropicales, surtout dans la région indo-malaise, le Sud-est asiatique et la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Ce sont des arbres au feuillage toujours vert, aromatiques et possédant une sève colorée rose ou rouge. Le muscadier provient de l'est des Iles Moluques en Indonésie (Banda, Amboine).

La noix de muscade était déjà connue des Grecs et des Romains; les Arabes assuraient son commerce vers l'Europe moyen-âgeuse, en cachant soigneusement son origine géographique, de même que les Portugais puis les Hollandais qui essayèrent de garder le monopole de sa récolte. C'est seulement au début du 19 ème siècle que se sont développées des plantations industrielles en Malaisie, à Sumatra, à Grenade et dans les îles de l'océan Indien.

Le muscadier aime les sols volcaniques fertiles et les climats tropicaux sans saison sèche marquée; sa culture se confine actuellement à l'Indonésie et à Grenade aux Antilles.

Le fruit est une drupe de la taille et de la forme d'un gros abricot, constitué de plusieurs parties à usage distinct:

  • la chair, le péricarpe, s'ouvre en deux valves à maturité montrant à l'intérieur la noix de muscade proprement dite,
  • la noix est entourée d'un réseau charnu découpé, rouge orangé brillant, c'est le macis,
  • enfin une coque ligneuse peu épaisse protège l'amande c'est-à-dire la noix.
 
                 COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

La teneur en huile essentielle (voir lexique) du macis varie selon l'origine géographique, de 8% à Grenade à 12-13% en Indonésie; elle est majoritairement constitué de carbures terpéniques (voir lexique).

La chimie du macis est complexe: composés phénoliques (dérivés de l'eugénol), dérivés de la myristicine (fragransol, myristicanol), composés furaniques (fragransine).

L'huile essentielle de l'amande (5 à 15% du poids) est également composée de carbures terpéniques (sabinène, pinène, limonène), en faible quantité d'alcénylbenzènes (myristicine et élémicine 5 à 7ù) et d'eugénol (1 à 2%).

On trouve aussi un corps gras solide à température ordinaire, le beurre de muscade, riche en myristicine, qu'on extrait par pression à chaud.
L'huile essentielle est antibactérienne, antiaggrégant plaquettaire (voir lexique)(anti-inflammatoire). On pense que ces propriétés sont principalement dues à l'eugénol et l'isoeugénol ainsi qu'aux carbures terpéniques. La myristicine (voisine de l'apiol du persil) est toxique, stupéfiante, provoquant des troubles graves de type atropinique mais sans le myosis.
L'extrait méthanolique du macis est anti-inflammatoire.



                                 UTILISATIONS

La noix de muscade est d'abord une épice, à très faible dose, on en gratte un peu pour aromatiser les cocktails, la pâtisserie, certains plats cuisinés, elle présente alors des qualités stomachiques et carminatives (voir lexique);
Le macis est très utilisé en charcuterie et dans l'élaboration de sauces industrielles.
On se sert peu de la muscade en médecine occidentale; en aromathérapie, pour ses propriétés antibactériennes et une efficacité supposée dans la lithiase biliaire, on la propose dans les cholécystites aiguës et chroniques:
1 à 2g d'HE de muscade dans 125 ml d'alcool à 60 degré, 30 à 60 gouttes 3 fois par jour.

Traditionnellement on la prescrivait pour combattre le choléra, les vomissements, l'entérite et les menaces d'avortement (sic), mais plusieurs cas d'intoxication ont été décrits par ingestion de quantités pourtant faibles de noix
(5 à 15g).
La médecine Chinoise l'utilise également comme stomachique et antidiarrhéique.
La médecine ayurvédique emploie le macis pour ses propriétés digestives, carminatives et expectorantes (voir lexique).

On attribue traditionnellement des vertus aphrodisiaques à la noix et surtout au macis, exemple: liqueur du parfait amour du Dr J. VALNET :
2 litres d'eau de vie + 15g de cannelle + 40g de zeste de citron + 30 macis + sirop de canne;
laisser macérer 1 mois; 1 verre à liqueur par jour.


D'autres espèces de Myristica :
M. malabarica de l'Inde,
M. argentea de Papouasie
sont parfois vendues à la place de la vraie noix de muscade,
ils n'en possèdent ni l'odeur ni le goût.



 
                                     RESUME
Une épice aphrodisiaque, digestive mais toxique à forte dose
Très aromatique, la noix de muscade contient de la myristicine qui est toxique pour le système nerveux.
A faible dose la noix et son huile essentielle aident à digérer et limitent les fermentations intestinales.
L'huile essentielle est antibactérienne et on la préconise dans les infections de la vésicule biliaire.
Le macis qui entoure l'amande est considéré comme un aphrodisiaque



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS






NEEM TREE

AZADIRACHTA INDICA

MELIACEAE


Azadirachta indica,
Neem tree ou Neem ( nom commun anglais utilisé dans le monde entier) fait partie de la famille des MELIACEAE (comme l'acajou, le mahogany, le carapa), il est probablement originaire de la région indo-malaise.



C'est un arbre qui peut atteindre 30 m et vivre 2 siècles, mais qui est en général plus petit (5 à 10 m), son feuillage persistant est imparipenné (5 à 8 paires de folioles falciformes à base très inégale), les fleurs en panicules sont blanches ou jaunâtres, le fruit est une drupe de 1 à 2 cm, jaune à maturité

Le Neem pousse très bien dans les régions tropicales et subtropicales même à saison sèche marquée car il possède un système racinaire très profond, mais il ne supporte pas le froid prolongé. Il est répandu en Inde et dans le Sud-Est asiatique et a été introduit en Australie, en Afrique, aux Antilles, en Amérique tropicale. Dans le sud des USA et de l'Europe on a pu acclimater des variétés provenant du Nord de l'Inde et résistant mieux aux gelées.

C'est un arbre "sacré" dans le sub-continent indien, utilisé depuis plus de 2000 ans dans la médecine ayurvédique et considéré comme un arbre "protecteur" dans la culture traditionnelle de l'Inde.

Les études modernes ont montré que toutes les parties de cet arbre contenaient des substances possédant des propriétés pharmacologiques intéressantes (une cinquantaine de tétranortriterpénoïdes oxydés), mais c'est surtout dans la lutte contre les insectes ravageurs que le neem, semble le plus prometteur.

Des compagnies agrochimiques américaines soutenues par le gouvernement des USA ont très vite (1995) "breveté" cet arbre, mais il semblerait qu'après une campagne internationale dénonçant ces procédés, l'Europe ait décidé de ne pas reconnaître la légalité de ces brevets abusifs.Les feuilles, l'écorce et le bois, et surtout les fruits qui contiennent de l'huile sont médicinaux.



 
                     COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES
Feuilles :

Elles contiennent entre autres : nimbine, nimbinène, nimbandial, nimbolide, quercétine

  • L'extrait méthanolique est antipyrétique, analgésique, anti-inflammatoire avec une capacité à inhiber l'agrégation des plaquettes
  • L'extrait par le chloroforme : pas d'effet pharmacologique notable
  • l'extrait aqueux est modérément anti-infectieux et anti-inflammatoire, et semble-t-il anti-ulcéreux gastrique, s'il est très concentré il semble antiviral.
  • l'extrait hydroalcoolique serait modérément diurétique (étude clinique chez des patients en anasarque avec un sel de nimbinine)
  • les feuilles seraient spermicides (anticonceptionnelles)


Ecorces de l'arbre et des racines, ainsi que le jeune bois:

Contiennent des tanins médicinaux(astringents) mais aussi les triterpénoïdes typiques du neem tree


Fruits :

L'amande du fruit contient 40 à 48% d'huile dont la composition en acide gras est la suivante :



acide myristique : 2 à 3%
acide palmitique : 13 à 15%
acide stéarique : 15 à 19%
acide oléique : 50 à 62%
acide linoleique : 8 à 16%
insaponifiable : 2%


L'huile renferme aussi des terpénoïdes potentiellement actifs et en grande quantité :
l'azadirachtine, la nimbine, la nimbidine, l'azadirone, mais aussi des méliacines.

L'azadirachtine, le composé le plus actif contre les insectes est en fait un mélange de 7 composés isomériques (A à G) ; l'isomère A est le plus abondant mais c'est l'isomère E qui est le plus actif comme insecticide.
Il agirait à la fois sur la croissance et le développement de l'insecte(croissance larvaire, mue) et comme facteur antinutritif.

D'autres composés présents dans le neem (les feuilles, le bois ou l'huile) ont aussi un pouvoir insecticide principalement de type "hormonal" ou antinutritif. Une étude en signale 24, ce qui pour ces auteurs réduit le risque de développement d'une résistance ou d'une accoutumance de la part des insectes. Les composés les plus actifs sont l'azadirachtine déjà citée, la salannine, le meliantriol, et la nimbine.

L'huile de neem serait :
purgative, antihelminthique, antiparasitaire externe(pou), antimycosique, et antidiabétique.
Elle contiendrait des composés antiviraux (certains actifs sur le virus du sida), et antipaludéens.
Toutes ces propriétés pharmacologiques ne sont pas toujours étayées par des essais cliniques.


                                   UTILISATIONS

En sanskrit Azadirachta indica s'appelle Nimba qui dérive d'un mot signifiant "pour rester en bonne santé" ; dans les anciens textes religieux le neem c'est "celui qui guérit tous les maux", une panacée, un arbre pharmacie.

Il est toujours très présent dans beaucoup de préparations ayurvédiques actuelles.
On le considère comme un des plus puissants moyens pour "purifier et détoxiquer le sang".

Dans la médecine villageoise :
  • La tisane de feuilles (10 feuilles dans un litre d'eau) est utilisée pour faire baisser la fièvre, calmer les douleurs gastriques dues à un ulcère, contrôler un diabète non-insulinodépendantt modéré.

  • La décoction de feuilles (50 feuilles dans un litre d'eau) ou d'écorce (une poignée d'écorce dans un litre d'eau) sert à nettoyer les plaies, en bain de bouche en cas de gingivite, en gargarisme en cas d'angine, en irrigation vaginale en cas de leucorrhée, par voie buccale en cas de diarrhée banale ou directement dans l'eau du bain en cas d'infection cutanée diffuse (acné, furonculose).

  • La poudre de feuilles sèches peut s'ajouter au dentifrice en cas d'inflammation légère des gencives.

  • L'huile de neem s'utilise directement sur les mycoses cutanées et sur le cuir chevelu en cas de mycoses ou de poux (laisser une heure et rincer avec un shampooing, une fois par semaine pendant 3 semaines)

  • l'huile de neem est spermicide, elle est aussi lubrifiante, on l'utilise comme moyen anticonceptionnel local

  • un mélange d'huile de coco et de d'huile de neem est une protection efficace contre plusieurs types de moustiques : anophèles, aédes, culex :

  • 1 à 4% d'huile de neem dans de l'huile de coco en application cutanée diminue de 80 à 90% le nombre de piqûres d'anophèles, dans certaines études la protection se révèle complète.

  • Une lotion huileuse à 2% d'huile de neem protège complètement des piqûres de phlébotomes (phlebotomus argentipes) qui transmet l'agent de la leshmaniose

  • en mettant 1% d'huile de neem dans le pétrole des lampes à pétrole on réduit l'incidence de la malaria, cela éloigne les anophèles (c'est moins répulsif pour les culex). Au bout d'une année on n'a pas observé d'effets secondaires néfastes sur un échantillon de 266 personnes ayant utilisé ce moyen de protection.
Le neem est utilisé en agriculture traditionnelle pour lutter contre les insectes ravageurs (y compris les criquets volants), et traiter le sol contre les larves d'insectes et d'autres parasites ; les paysans emploient le bois, les feuilles, les fruits écrasés, l'huile en solution aqueuse avec un peu de détergent, le tourteau de fruit déshuilé.

On peut employer le fruit du neem ou l'huile de neem pour détruire ou diminuer le nombre des parasites intestinaux ou externes du bétail et des animaux domestiques.

Plusieurs entreprises indiennes commercialisent différents extraits d Azadirachta indica :
  • Pour l'agriculture "raisonnée" ou biologique : huile de neem, pesticides dosés en azadirachtine, engrais au neem.

  • Des produits cosmétiques à base d'huile de neem : shampooing antipelliculaire ou pour se débarrasser des poux, lotion contre l'acné mais aussi pour améliorer certaines affections dermatologiques chroniques(eczéma, psoriasis), lotion antiseptique.

  • Des médicaments à base d'extrait d'Azadirachta indica ou neem : contre le paludisme, les helminthiases, les infections bactériennes, fongiques, virales et même la tuberculose, ou pour "détoxiquer, nettoyer" l'organisme.

  • En médecine vétérinaire : déparasitage interne et externe, pour empêcher l'infection des plaies notamment par des mouches qui pondent leurs oeufs directement sur les plaies.
Il n'y a pas, à ma connaissance, d'utilisation d'Azadarichta indica, Neem tree, dans la médecine occidentale.




 
MARGOUSIER




Le margousier ou Melia azedarach est très proche d'apparence et du point de vue botanique du Neem; originaire des contreforts himalayens, il est maintenant répandu dans le monde entier, des régions tropicales aux régions tempérées à hiver moyennement rigoureux
(il est présent dans le sud de la France et dans la péninsule ibérique).


On le plante dans les parcs, les places, les jardins et le long des routes et il se naturalise facilement car ses fruits sont consommés et transportés par les oiseaux.



A la différence d'Azadirachta indica, le margousier possède un feuillage deux et parfois trois fois penné, des fleurs odoriférantes violettes ou mauves et il perd ses feuilles à l'automne, ses fruits quasi identiques à ceux du neem persistent sur l'arbre pendant l'hiver.


Il contient beaucoup de triterpénoïdes comme le neem mais a été peu étudié du point de vue chimique et n'a pas la réputation du neem en Inde, bien qu'on lui connaisse des propriétés insecticides; un extrait hydro-alcoolique de ses feuilles déprimerait le système nerveux central et serait analgésique.

Des chercheurs cubains ont envisagé la possibilité d'utiliser ses fruits dans la lutte contre les mollusques vecteurs de la douve du foie (fasciola hepatica).

Il faut savoir que l'AMANDE DU FRUIT de cet arbre, commun dans les lieux publics, est considérée comme VENENEUSE, capable d'empoisonner à faible dose non seulement les insectes mais aussi les mammifères (dont l'homme).
Le fruit, qui pourrait attirer les enfants, est heureusement très dur à briser.


 
                                      RESUME
UNE PANACEE VENANT DE L'INDE
Azadirachta indica, ou nimba est connu dans le monde entier comme le Neem tree (l'arbre neem).
Depuis des milliers d'années cet arbre commun dans la région Indo-malaise est la "pharmacie" du village.
Il contient plusieurs substances qui sont naturellement insecticides
et d'autres intéressantes au niveau pharmacologique.
Le margousier , Melia azedarach, qui ressemble au neem, est planté dans le sud de l'Europe,
ses fruits sont considérés comme potentiellement toxiques.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS







NONI NONO MORINDA

MORINDA CITRIFOLIA

RUBIACEAE

A de rares exceptions, par exemple en Europe le caille-lait et la garance, les rubiaceae sont des plantes tropicales, principalement des arbres et des arbustes.

C'est une grande famille végétale, plus de 5000 espèces, où l'on trouve le café et deux genres importants en médecine :
cinchona (la quinine) et
cephaelis (l'ipéca dont on extrait l'émétine).

Beaucoup de rubiaceae sont des arbustes ou des arbres décoratifs, citons le gardénia (jasmin) et les ixora aux fleurs rouges.

Le morinda citrifolia est répandu dans toutes les régions tropicales, il a d'abord été décrit aux Indes (d'où son nom) mais a toujours eu une grande importance en médecine traditionnelle dans le pacifique sud et particulièrement en Polynésie et à Hawaï.
C'est un petit arbre de 3 à 6 m surtout reconnaissable à son fruit qui, de vert et dur, devient jaune et mou en quelques heures à maturité. La surface de ce fruit, le noni, est irrégulière, formée de polygones accolés avec au centre une petite plaque, peut-être la cicatrice de la fleur, il est pyriforme plus ou moins arrondi, sa taille varie de 5 à 15 cm.
Mûr, le noni dégage une odeur forte, butyrique, qui rappelle celle d'un fromage avarié ou très fermenté d'où le nom commun, fromager, que lui ont donné les européens.




 
                       COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

Le jus du fruit mûr de noni est difficile à obtenir par pression à cause de la présence d'une grande quantité de matières mucilagineuses, mais après congélation et éclatement des stuctures cellulaires puis broyage, on recueille facilement un liquide acide (pH 3 à 4) qui est très peu fermentescible. .




Les données chimiques et pharmacologiques sont fragmentaires et pas toujours vérifiées.
Une équipe de chercheurs hawaiens (A. HIRAZUMI) a mis en évidence un important effet immunostimulant des extraits de morinda chez la souris.
On observe une augmentation significative du nombre de jours de survie chez des souris porteuses d'un carcinome greffé; il semblerait que cette "rémission" soit dûe à une augmentation de l'activité des macrophages et/ou des lymphocytes.


Un autre chercheur hawaien (R.HEINICKE) explore une voie différente et pense qu'il existerait dans le noni un précurseur de la xéronine, composé qui agirait sur des protéines "réparatrices cellulaires". Cette xéronine serait libérée au niveau intestinal. Pour ce chercheur, le noni serait une plante "antisénescence" et aurait des propriétés pharmacologiques variées dûes à l'absence de spécificité d'action sur un organe ou un tissu.


 
                                     UTILISATIONS
Les Maohi ont probablement introduit intentionnellement cette plante, originaire d'Asie et du Sud-Est asiatique, dans toutes les îles qu'ils ont colonisées en naviguant sur leurs grandes pirogues doubles jusqu'à Hawaï.

La dispersion naturelle du noni paraît peu probable, en-effet les graines flottent mais les distances entre les îles sont énormes et il n'y a pas d'oiseaux frugivores migrateurs dans cette région du monde.

Pour les anciens Polynésiens le noni, consommable mais uniquement en temps de disette, devait être autre chose qu'une simple plante même médicinale. Quelle était sa valeur symbolique ou religieuse, on ne le sait pas. Quelques rares informations ont suvécues, par exemple le fait qu'à l'occasion de la fin de la période de tatouage, les nouveaux initiés devaient déposer un noni sur le "marae, l'autel des sacrifices.


De façon plus prosaïque, le noni vert est un astringent, et la racine de noni renferme des pigments anthraquinoniques qui teignent en jaune les fibres végétales.

Les Polynésiens utilisaient encore récemment le noni comme plante médicamenteuse, seule ou mélangée à d'autres:
En usage externe comme antiseptique/antibiotique et anti-inflammatoire :
  • le fruit mûr et les feuilles sont appliqués directement sur les abcès ou les panaris pour en activer la maturation ainsi que sur les nouveaux tatouages quand il y a forte inflammation et début d'infection,
  • le jus du fruit presque mûr sert à calmer la douleur des piqûres de "nohu" (rascasse à la piqûre redoutable),
  • les feuilles fraîches servent d'emplâtre sur les brûlures,
  • d'autres recettes existaient également pour traiter les angines (gargarisme ou application du jus astringent du noni vert) ainsi que les orchi-épididymites ou les abcès et inflammations de la glande mammaire ( emplâtre de fruits verts et mûrs).

En usage interne :
  • on notait un traitement de la "ciguatera" (intoxication par la chair des poissons des récifs corallien) : jus de 3 noni verts et 3 noni mûrs mélangé à de l'eau de coco,
  • un traitement des "tumeurs abdominales" (sans précisions) : jus de noni vert associé à des piments et au jus du fruit du "miro" (thespesia populnea).
Dans la Polynésie moderne, le noni est encore un fruit médicinal, on recueille le jus qui s'écoule spontanément des noni mûrs comme :
  • anti-arthalgique, anti-sénescence : 1 cuillerée à soupe par jour tous les jours ou par cure de 8 jours (à cause du risque de gastralgies),
  • anti-infectieux cutané (acné, furonculose) : 1 à 2 cuillerées à soupe par jour en cure de quelques jours,
  • on applique directement le fruit mûr de noni sur les articulations douloureuses (crise de goutte)
Depuis plusieurs années, les américains (USA) s'intéressent à cette plante médicinale.
Pendant la deuxième guerre mondiale, les GI basés à BORA BORA ( Polynésie française) eurent l'occasion de l'utiliser, conseillés par les Polynésiens, et la plante fut dès lors autorisée d'importation au USA.
Actuellement, de la pulpe du fruit de noni (particulièrement ceux des îles Marquises), on extrait un liquide qui est ajouté à des jus de fruit plus communs (orange, fruit de la passion) pour faire une boisson au noni (ou morinda).
Même si les autorités sanitaires américaines ne reconnaissent pas encore l'extrait de noni comme phytomédicament, la boisson est néanmoins commercialisée comme fortifiant naturel, anti-sénescence, immunostimulant, avec l'argument sous-entendu de la protection possible contre la dégénérescence cancéreuse.
Il serait fort souhaitable que cette plante et son fruit soient réévalués sur le plan pharmacologique, car, si leur pouvoir immunostimulant était confirmé, le MORINDA CITRIFOLIA, plante robuste et facile à cultiver, fournirait un phytomédicament de première importance.



 
                                         RESUME
Un fruit, qui sent le fromage, au potentiel médical intéressant
Le noni, fruit d'un petit arbre tropical originaire d'Asie, est cultivé et utilisé comme plante médicinale
et plante "magique" en polynésie depuis très longtemps.
Récemment des chercheurs américains ont évoqué la possibilité que ce fruit renferme des substances immunostimulantes, pouvant protéger l'organisme contre les maladies dégénératives (ex. cancer)
et retarder la sénescence, le vieillissement.
Le jus que l'on extrait du fruit est commercialisé au USA



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS









THE DE JAVA

ORTHOSIPHON STAMINEUS
(= O. aristotus
= O. spicatus)

LAMIACEAE



Cet arbuste ornemental originaire du Sud-Est asiatique est cultivé en Indonésie, son nom local : "kumis kutching" rappelle son nom commun européen : moustache de chat.

Il a été introduit dans l'ensemble des pays tropicaux autant pour ses qualités décoratives que pour ses propriétés médicinales.

C'est une plante vivace aux fleurs caractéristiques blanches ou mauves avec des étamines deux fois plus longues que la corolle d'où le nom commun.


 
                    COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES
Le thé de Java renferme une quantité importante de sel de potassium (jusqu'à 3%), des diterpènes, des flavonoïdes (voir lexique), des composés phénoliques, des esters caféiques et un peu d'huile essentielle (voir lexique).
L'extrait aqueux (macération (voir lexique)) est un diurétique énergique qui augmente la diurèse aqueuse mais aussi l'élimination ionique.
Les flavonoïdes (voir lexique) isolés sont diurétiques mais l'extrait aqueux total paraît avoir un effet plus marqué.
La teinture mère (voir lexique) hydro-alcoolique abaisse le taux d'urée et d'acide urique sanguin.
Les extraits totaux de la plante seraientt également antibactériens et par ailleurs cholérétiques (voir lexique).


                                  UTILISATIONS

L'orthosiphon est utilisé pour faciliter les fonction d'élimination rénales et digestives et comme adjuvant des régimes amaigrissants.
Son usage est également conseillé pour éliminer les calculs rénaux et controler les troubles infectieux associés à la maladie lithiasique.
C'est une plante inscrite dans les pharmacopées allemande, suisse et française. On la trouve sous forme de sachet à infuser, et de préparations galéniques simples (ex teinture mère, 50 à 100 gouttes par jour), ou parfois en association avec d'autres plantes à visée diurétique.
On peut aussi préparer la macération ( mais aussi l'infusion) avec les feuilles et les sommités fleuries fraîches.
Son utilisation est très courante dans le Sud-Est Asiatique


 
                                        RESUME
Une plante diurétique et amaigrissante
Le thé de Java ou orthosiphon est un arbuste ornemental très répandu dans le sud-est asiatique
où il est connu pour ses propriétés diurétiques.
Ses feuilles et ses fleurs contiennent beaucoup de sel de potassium, de composés aromatiques et de pigments végétaux qui favorisent énergiquement l'élimination d'eau dans l'urine et permettent ainsi de "nettoyer" l'organisme, d'éliminer les micro-calculs qui peuvent exister dans les reins et les voies urinaires,
d'aider à perdre du poids.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS










PAPAYER

CARICA PAPAYA

CARICACEAE


Le papayer appartient à une petite famille végétale comportant 4 genres.
Il est originaire de l'amérique tropicale mais est maintenant cultivé dans toutesles régions
tropico-équatoriales.


C'est une plante à port de palmier de 3 à 10 m de haut, le tronc (c'est en fait une tige) est marqué par les cicatrices d'abscission des feuilles qui sont assez grandes, longuement pétiolées et lobées.
Le fruit est très largement consommé dans les pays tropicaux (il voyage mal) mais le papayer est aussi une plante médicinale par ses racines, ses fleurs, ses graines et surtout son latex riche en enzymes.
Le fruit de taille variable peut atteindre 5 kg, est généralement ovoïde, son nom indien Guarani signifie " fruit ressemblant à un sein plein de lait".
A maturité, les papayes sont vert jaunâtre à jaune orangé, leur chair juteuse, jaune, orange ou rouge, délimite une cavité centrale remplie de petites graines noires.



 
                    COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES
La papaye est riche en sucre
(5 à 8%)
et en vitamines : vitamine C
(60 à 70 mg/100 g),
vitamine A
(100 microgrammes/100 g)

.Le latex est recueilli par incision des fruits encore verts, il coagule rapidement, est récupéré par raclage et séché.
Il se présente alors en petits fragments blancs à bruns, d'odeur "proche de la viande grillée" et de saveur faiblement salée et amère.
On trouve aussi du latex dans toute la plante, particulièrement dans les feuilles.
C'est un mélange enzymatique qui provoque la dégradation des protéines en peptides puis en aminoacides.










Les deux principaux constituants en sont la papaïne et la chymopapaïne.


Le latex est antihelminthique (voir lexique), mais toxique et purgatif aux doses efficaces.
Les graines contiennent également une substance antihelminthique mais leur saveur piquante en fait perdre l'usage.


On trouve dans tout les organes du papayer un peu d'acide cyanhydrique, un hétéroside soufré ( la glycotropoline) dans la plante et surtout dans les graines, et plusieurs alcaloïdes (voir lexique) dans les feuilles.




                                  UTILISATIONS


La consommation de papaye est particulièrement recommandée, c'est un fruit "sauvage", très généralement non traité par les pesticides et un des fruits tropicaux qui se digère le mieux. Sa saveur un peu fade est relevée par du jus de citron. Il est parfait en salade de fruits et en sorbet.

La papaye verte, pelée, est excellente cuite à l'eau et accommodée en gratin. On peut aussi sécher la chair presque mure, découpée en lanières, elle se conserve plusieurs jours.

Le latex frais peut s'employer pour détruire cors et verrues.
Certaines populations du Pacifique et d'Asie utilisent parfois la papaye verte et écrasée en application sur le visage pour "éclaircir" le teint et détruire certaines taches mélaniques (quelques minutes d'application suivies d'un rinçage abondant, mais attention aux yeux!!).

Les feuilles un peu froissées servent à attendrir la viande; il suffit d'envelopper la viande et de la laisser ainsi quelques heures au frais.
La décoction (voir lexique) de feuilles permet d'enlever les taches de sang sur les vêtements.

La chymopapaïne est utilisée pour soulager ou guérir les névralgies du nerf sciatique résultant d'une compression par hernie discale. On l'injecte directement dans le noyau du disque, la technique est délicate car l'enzyme est neurotoxique et peut provoquer d'importantes réactions allergiques mais ce traitement a prouvé son efficacité.
La papaïne brute ou purifiée est utilisée en thérapeutique digestive pour compenser les insuffisances des sécrétions gastroduodénales et pancréatiques.


En usage externe c'est un anti-inflammatoire et un détersif favorisant la cicatrisation des plaies et on peut l'associer à des antibiotiques. La papaïne entre aussi dans la composition de produits dermatologiques.
Les fleurs fraîches de l'arbre mâle étaient utilisées en infusion contre les bronchites et les trachéites mais aussi en décoction pour "les maladies du foie" et "la mauvaise digestion" au Brésil.
Les racines : traditionnellement chez les créoles guyanais et les caboclos brésiliens, on utilisait les écorces ou la partie interne des racines comme aphrodisiaque ou anaphrodisiaque mais cet usage est peut-être lié au symbolisme sexuel du fruit.

On trouve de nombreuses préparations pharmaceutiques contenant de la papaïnebrute ou purifiée, quelquefois en association avec d'autres phytomédicaments à visée antidyspeptique (voir lexique) sous forme de sirop, d'élixir, de gélules ou de comprimés. L'indication générale de ces produits est la dyspepsie par insuffisance sécrétoire : gastrite atrophique ou toxique, parasitose chronique , troubles hépatobiliares et pancréatiques, troubles digestifs post opératoires.
En homéopathie, carica papaya 5CH est un régulateur du système nerveux.



 
                                        RESUME
Un fruit tropical et un latex médicinal
Le papayer, originaire d'Amérique tropicale, est cultivé dans le monde entier mais son fruit,
la papaye, est généralement consommé localement.
Toute la plante contient du latex renfermant des enzymes qui digèrent les protéines.
On l'utilise, entre autres, pour faire disparaître les hernies discales provoquant des sciatiques douloureuses ou invalidantes et pour aider à digérer les viandes quand il y a insuffisance des sécrétions digestives.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS










PERVENCHE DE MADAGASCAR


CATHARANTHUS
ROSEUS


APOCYNACEAE



Cette famille végétale, apocynaceae, fournit de nombreux médicaments de tout premier plan: réserpine, ajmaline, strophantine, vinblastine etc...



Ces plantes contiennent beaucoup d'alcaloïdes (voir lexique); tous n'ont pas été étudiés sinon décrits; beaucoup sont trop toxiques pour être utilisés en thérapeutique humaine mais peuvent servir de base (structurelle) chimique pour trouver de nouvelles molécules moins nocives ou plus efficaces.

Les alcaloïdes capables de lutter contre cancer et leucémie (donc ayant un action cytostatique ou oncolytique (voir lexique) ) sont les plus recherchés et cela à la suite de la découverte en 1960 de deux molécules très efficaces dans la pervenche de Madagascar.

Cette petite plante, probablement originaire de l'Océan Indien, est répandue dans toutes les régions intertropicales; c'est un sous-arbrisseau vivace dont les fleurs simples et discrètes sont roses, mauves ou blanches.

On cultive cette pervenche à des fins ornementales, elle est très décorative en parterre; c'est une plante particulièrement résistante qui s'accommode de terrains pauvres, sablonneux, très ensoleillés mais ne supporte pas le froid, elle est alors annuelle.




 
                    COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES
En médecine traditionnelle,
on connaissait depuis longtemps la pervenche de Madagascar comme un médicament du diabète et de l'hypertension;


C'est en effectuant un criblage des nombreux alcaloïdes potentiellement actifs (environ 90) que deux molécules particulièrement actives ont été isolées :
la leurocristine = vincristine
et la vincaleucoblastine = vinblastine.


La partie aérienne de la pervenche renferme 0,2% à 1% d'alcaloïdes et le taux de vincristine, le plus rare des deux alcaloïdes, est seulement de 0,0003% soit 3g pour 1 tonne de matière sèche!!
Ce sont des alcaloïdes dimères associant deux sous unités indoliques.

Ils sont antimitotiques par effet cytostatique, et aussi oncolytiques, par un mécanisme en partie élucidé : ils bloqueraient la reproduction cellulaire en agissant sur les microtubules du fuseau, bloquant la mitose au stade métaphase; in vitro ce sont aussi des inhibiteurs de la biosynthèse des protéines et des acides nucléiques.

Ces "poisons cellulaires" ont malheureusement des effets annexes notamment sur le système nerveux, en agissant sur les microtubules des axones, d'où leur neurotoxicité.

Les propriétés antidiabétiques de la plantes n'ont pas été confirmées;
3 alcaloïdes sont hypoglycémiants (voir lexique) mais efficaces à des doses qui rendent toxique le phytomédicament à cause des autres composés indoliques.

La racine séchée constitue une source d'ajmalicine = raubasine (également extraite des rauwolfias). C'est un spasmolytique alpha bloquant qui s'oppose aux effets de l'adrénaline (adrénolytique) et augmente le flux sanguin cérébral (jusqu'à 30% du débit carotidien) assurant ainsi une meilleur irrigation du cerveau.
La raubasine montre en plus une affinité pour les récepteurs aux benzodiazépines et présente ainsi une légère activité anxiolytique et anticonvulsivante.



                                 UTILISATIONS

On utilise traditionnellement la décoction (voir lexique) de feuilles :
exemple, 40g dans 1 litre d'eau, une tasse matin et soir

Ce "coktail" d'alcaloïdes est traditionnellement conseillé pour faire baisser la tension et comme antidiabétique (peut-être par effet anoréxiant).

Aux Antilles on le prescrit en gargarisme (angine) et les feuilles broyées servent d'emplâtre sur les contusions avec ecchymoses.

En allopathie la vinblastine et la vincristine sont deux antimitotiques majeurs (maladie de hodgkin, lymphome, sarcome, carcinome mammaire etc...) utilisés seuls ou en association avec d'autres antimitotiques.

L'ajmalicine = raubasine entre dans la composition de médicaments destinés à améliorer la fonction cérébrale du sujet âgé , troubles psychiques de la sénescence, suite d'accidents vasculaires-cérébraux ( ischémie, spasmes, traumatismes, chirurgie).

Les troubles sensoriels sont aussi une bonne indication : rétinopathies d'origine vasculaire, trouble de l'oreille interne (vertiges et acouphènes).

Cette plante si discrète, si répandue et si banale sous les tropiques est en fait un puissant agent thérapeutique.


 
 
RESUME 
 
Une plante qui permet de lutter contre le cancer
Cette petite plante à fleur originaire de l'océan indien est vivace sous les tropiques et annuelle dans les régions tempérées .
Elle renferme beaucoup de substances actives très importantes en médecine (des alcaloïdes)
dont certaines sont anticancéreuses et antileucémiques.
D'autres composés améliorent les fonctions cérébrales des sujets âgés, par exemple les troubles de la mémoire ou de l'audition, les suites d'accidents vasculaires cérébraux : ramollissement, hémorragies.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS









PISSENLIT

TARAXACUM OFFICINALE

ASTERACEAE


Représentant modeste de l'énorme famille des Asteraceae (anciennement composeae, plus de 20000 espèces), le pissenlit est une plante de l'ancien monde à climat tempéré

Vivace et très commun dans les champs, les prairies, les bords des chemins, il s'accomode aussi des climats plus rigoureux ou sub tropicaux où il est beaucoup plus rare

Son port est typique, les feuilles basilaires disposées en rosette sont plus ou moins découpées en lobes inégaux, la fleur est jaune et, à maturité, les graines (akènes) s'échappent, portées par le vent grâce à de fines aigrettes très caractéristiques.
La racine pivotante est forte et longue; la plante coupée excrète un latex blanchâtre.




 
                 COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

Dans toutes les parties de la plante, on trouve des lactones sesquiterpèniques (voir lexique) particulièrement amères (germacranolides et eudesmanolides) et des alcools terpéniques (voir lexique) pentacycliques (taraxostérol et leurs dérivés).

La racine est riche en inuline ( 40% en automne) et en fructose (surtout au printemps), les feuilles vertes sont riches en manganèse.


La tradition et des expériences anciennes font considérer le pissenlit comme un cholagogue par sa racine et un cholérétique (voir lexique) par ses feuilles.
La plante entière associe ces deux propriétés, elle accroît la contractibilité vésiculaire tout en augmentant la quantité de bile déversée dans l'intestin.
L'inuline, substance de stockage du carbone fixé par la photosynthèse (comme l'amidon) n'est pas digestible, elle traverse le tube digestif humain sans être dégradée ou absorbée. Par voie I.V. elle est aussi très stable et est éliminée par voie rénale sans modification.


                                   UTILISATIONS

Son utilisation en Europe est relativement récente (16 ième siècle); ses propriétés cholérétiques et cholagogues le font employer dans toutes les affections chroniques du foie et dans certains ictères : insuffisance hépatique, lithiase biliaire, angiocholite, hépatite infectieuse, mais aussi pour soulager de la constipation et des migraines digestives.
On le considère comme un anti-artérioscléreux, légèrement anti-diabétique.

Il entre dans la composition de phytomédicaments à visée hépatobiliaire mais on peut aussi le préparer en le récoltant soi-même.

Décoction (voir lexique):
  • 1 à 3 pieds complets de pissenlit (avec la racine) dans un litre d'eau; bouillir 5 minutes et infuser 10 minutes, boire une à deux tasses, c'est très amer !,
  • 30 à 60 gr de racine fendue et coupée en petits morceaux dans un litre d'eau; bouillir puis infuser comme ci-dessus; boire deux tasses midi et soir, c'est encore très amer.
La teinture mère homéopathique (voir lexique) est souple d'emploi:
TARAXACUM T.M. 50 à 150 gouttes par jour, souvent en association avec ROSMARINUS et CYNARA.

Certains phytothérapeutes classiques (Leclerc) prônaient largement l'emploi du pissenlit non seulement dans les troubles hépatiques évidents, mais aussi dans d'autres troubles qui leur paraissaient associés (ex certaines dermatoses) et le considéraientt comme un excellent dépuratif (voir lexique).
Enfin on peut recommander la salade de jeunes feuilles printanières, moins amères et pleines de magnésium, de vitamines A et C .


 
                                        RESUME
Remède de l'insuffisance hépatique et biliaire
Le pissenlit est commun dans le monde entier ;
les jeunes feuilles sont comestibles et contiennent vitamine A et C ainsi que du magnésium.
La racine et les feuilles âgées sont très amères, elles renferment des composés qui augmentent la sécrétion de bile par le foie et renforcent les contractions de la vésicule biliaire.
On utilise des extraits de pissenlit comme dépuratif, pour améliorer la digestion quand il y a insuffisance hépatique, pour soulager de la constipation et pour empêcher le développement de l'artériosclérose.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS












POIVRE

PIPER NIGRUM

PIPERACEAE




Le poivre est une des épices les plus anciennes et les plus importantes ;
300 ans avant JC, les Grecs l'utilisaient déjà.
Au Moyen-Age, seuls les très riches pouvaient s'en procurer; certains tributs ou loyers étaient payés en poivre.
Venise et la guilde des poivriers à Londres s'enrichirent considérablement en assurant son commerce avec les Arabes, mais c'est grace à Vasco de Gama que les Portuguais en eurent pendant deux siècles le monopole de 1500 à 1700, puis ce furent les Hollandais.


Le poivrier est une liane originaire de l'ouest de l'Inde (cote des malabars) et de la Birmanie.
Très vite répandu dans tout le Sud-est asiatique, il se développe dans les zones équatoriales humides avec peu de variations saisonnières.
A l'état sauvage la liane s'accroche aux arbres jusqu'à 10-15 m de hauteur.




 


Si P. NIGRUM est le vrai poivre, d'autres espèces lui sont parfois substituées:
P. LONGUM (Inde, Hymalaya, Ceylan),
P. RETROFACTUM (Indonésie et Malaisie),
P. SAIGONENSE (Vietnam),
P.CUBEBA (Indonésie),
P. CLUSII et P.GUINEENSE (Afrique).

D'autres PIPERACEAE sont d'usage courant : P. BETLE (masticatoire) et P.METHYSTICUM (voir KAVA).

Cette plante cultivée depuis fort longtemps présente de nombreuses variétés;
en général c'est une liane ligneuse qui se fixe sur les supports par de petits rameaux latéraux,
les feuilles ovales, alternes avec un apex pointu,
l'inflorescence en épis (comme des chatons) opposés aux feuilles;
les fruits (baie), de 4 à 10 mm de diamètre, passent du vert au rouge puis au noir au cours de la maturation.


Le poivre vert est très aromatique et peu piquant, on le conserve en solution aqueuse.
Le poivre noir c'est la poudre du fruit complet séché.
Le poivre blanc est la poudre du fruit mur mais d'abord traité par l'eau pour le débarrasser de ses enveloppes puis séché.


                    COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

L'odeur du poivre c'est l'odeur de l'huile essentielle (voir lexique) (1 à 3 %) riche en carbures terpéniques (voir lexique)(cadinène, phellandrène); sa saveur brulante est due principalement à un alcaloïde (voir lexique), la pipéride, et à d'autres amides (5 à 10 % du poids)
Le poivre est un stomachique (voir lexique) qui semble aider à la digestion des graisses et des sucres.
La pipéride est un dépresseur du système nerveux central et un anti-convulsivant chez l'animal.
Des dérivés de cette molécule ont été expérimentés en Asie dans le traitement de l'épilepsie.
Le poivre fait très souvent partie des médicaments de la médecine indienne (ayurvédique) mais en Europe on ne le considère plus commme un phytomédicament depuis son usage courant comme épice culinaire (ce qui peut paraître une erreur, en effet le poivre semble modifier la biodisponibilité des médicaments dans le tube digestif).




                                 UTILISATIONS

Jadis on l'utilisait aussi bien pour se protéger de la peste que des maladies vénériennes ou pour faire tomber la fièvre.
Il est encore considéré comme un aphrodisiaque et c'est certainement une épice culinaire qui donne de l'appétit, renforce le goût des plats insipides et amélore la digestion des plats copieux en graisse cuite. On doit néanmoins le consommer avec modération, l'abus est à l'origine de troubles gastroduodénaux (gastrite toxique) voire de crises hémorroïdaires


 
                                      RESUME
Une épice digestive et aphrodisiaque
Le poivre est une liane originaire de l'Inde et de l'Asie du sud-est.
Son fruit séché et broyé donne le poivre noir ; il contient, entre autres, de l'huile essentielle et un composé à saveur brûlante, la pipéridine, qui à forte dose est anticonvulsivante.
Le poivre culinaire sert à augmenter la quantité des sécrétions de l'estomac et ainsi à aider la digestion.
Beaucoup de populations le considèrent comme un aphrodisiaque mais son abus entraîne des brûlures digestives et des inflammations hémorroïdaires



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
MALIK EL ARNAMOUS


Offline

Joined: 16 Jun 2009
Posts: 4,525
Localisation: MAURITANNIE
Reply with quote
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS








RICIN

RICINUS COMMUNIS

EUPHORBIACEAE



Les euphorbiaceae sont des plantes d'apparence variée, des herbes jusqu'aux grands arbres, réparties dans le monde entier mais nombreuses dans les pays chauds.


Elles contiennent souvent du latex, blanc ou incolore, parfois irritant;
la fleur est le plus fréquemment sans pétales, avec un ovaire à 3 cellules donnant, après fécondation, un fruit (capsulaire) à 3 lobes, d'où l'ancienne dénomination "tricoque" que l'on donnait aux euphorbiaceae.



 


Parmi les plus de 10 000 espèces que comprend cette grande famille végétale on distingue
3 genres importants :
* euphorbia,
* croton
* phyllantus.


Les euphorbiaceae comportent des plantes alimentaires (le manioc), industrielle (l'hévéa) ou décorative (croton, poinsettia)..

Le ricin est originaire du nord-est de l'Afrique et du moyen-orient, les Egyptiens le cultivaient et l'utilisaient au moins pour s'éclairer il y a 6000 ans.

Il a été répandu il y a très longtemps vers l'Inde et la Chine et au 16 ème siècle en Amérique.
Cette plante robuste s'est acclimatée dans les régions tropicales et subtropicales du monde entier.







A l'état sauvage, il devient un petit arbre mais on le cultive généralement ( y compris en Europe et au USA) comme une plante annuelle pour ses graines oléagineuse et accessoirement ses tiges, c'est aussi une plante ornementale aux nombreuses variétés horticoles.

La tige creuse porte des grandes feuilles découpées en 5 à 10 lobes en forme de main ( d'où le nom espagnol palma-christi) dont la face inférieure est souvent colorée en rouge-pourpre;
l'inflorescence en panicule terminal montre les fleurs mâles à la base surmontées des fleurs femelles;
le fruit capsulaire tricoque est hérissé de petites pointes, mais il existe des variétés lisses (inermes)
.


Fruit : aggrandissement X 3


                     COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES


Les feuilles renferment un alcaloïde, la ricinine, qui peut provoquer une intoxication du bétail.


Les graines sont riches en huile et en protéines :
40 à 60 % d'huile,
15 à 20 % des protéines
et contiennent une toxalbumine très dangereuse : la ricine.



L'huile est constituée majoritairement de triacylglycérol dont l'acide gras en C18 (insaturé et hydroxylé) : l'acide ricinoléique.
C'est un purgatif drastique longtemps utilisé comme laxatif, mais c'est surtout une huile industrielle : lubrifiant des moteurs tournant à très haut régime, matière première dans l'industrie des polymères (RILSAN) et source d'acide undécylénique (substance antifungique et industrielle).




Les protéines du tourteau résiduel (après extraction de l'huile) sont un aliment du bétail mais il faut d'abord détruire la toxalbumine (ricine). Celle-ci est composée de deux chaînes polypeptidiques (chaîne A et B)), la chaîne B sert juste à fixer la toxine à la surface cellulaire, la chaîne A est la partie toxique, elle interfère dans la synthèse des protéines cellulaires, modifiant (au niveau enzymatique) l'activité d'une partie des ribosomes.
Son efficacité est impressionnante, dose mortelle chez le rat : 0,4 microgramme en injection intra-péritonéale, l'équivalent de 0,03 mg pour un homme de 75 kg !!
L'intoxication se manifeste d'abord par des nausées, des vomissements et une diarrhée rapidement sanglante; tous les organes sont progressivement touchés et apparaissent des troubles cardiaques et neurologiques irréversibles.




                                  UTILISATIONS

On ne se sert plus guère de l'huile de ricin comme purgatif, trop brutal, trop dangereux, néanmoins beaucoup de populations préparent encore une huile domestique : les graines sont pilées et cette pâte plus ou moins homogène est chauffée et placée sur un tamis qui permet à l'huile de s'égoutter.

La toxine (ricine) n'est pas soluble dans l'huile et d'autre part très sensible à la chaleur; en usage externe, c'est une huile cosmétologique et qui, associée au massage, calme les douleurs ou les contractures musculaires. Les feuilles de ricin s'utilisent traditionellement en emplâtre contre les douleurs rhumatismales et en "lavage externe", chez les indiens palikours de Guyane, pour se remettre "en forme" après un accès fébrile prolongé;

En usage interne, l'effet laxatif est atteint avec 1 cuillerée à café, l'effet purgatif "drastique" avec 1 à 2 cuillerées à soupe, mais cet usage n'est pas à conseiller.

Le caractère glycoprotéique de la toxine et ses capacités de poison cellulaire ont permis d'envisager son utilisation couplée à des anticorps monoclonaux pour créer ainsi une immunotoxine dirigée spécifiquement sur un antigène. Cette "torpille biologique" permettrait d'atteindre les cellules cancéreuses métastasées ou de pénétrer l'intérieur des tumeurs solides inopérables. Des protocoles thérapeutiques complexes associant cette immunotoxine (de ricine) avec des médicaments cytostatiques ou des radio-isotopes sont envisagés.



 
                                       RESUME
Une plante oléagineuse dangereuse par sa graine
Le ricin est très répandu dans les régions chaudes et utilisé depuis fort longtemps pour son huile
aux propriétés cosmétiques et laxatives.
La graine de ricin contient une substance soluble dans l'eau et sensible à la chaleur, très toxique, mais qui pourrait être efficace pour détruire certaines tumeurs inopérables ou déjà métastasées.



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
HUMANISTE


Offline

Joined: 12 May 2009
Posts: 1,654
Localisation: DOUCE FRANCE
Reply with quote
Effacé.

                               
                                


Last edited by HUMANISTE on Sun 15 Aug - 16:02 (2010); edited 1 time in total

_________________
LE REFUS DE L'IGNORANCE, LA VOLONTE DE SAVOIR, D'EXPLIQUER, SONT, JE CROIS
L'HONNEUR DE L'ESPRIT HUMAIN DANS TOUS LES DOMAINES < THEODORE MONOD >
SOIGNEZ VOS MAUX QUOTIDIENS PAR LES PLANTES
All times are GMT + 1 Hour  
Page 4 of 7  

  
  
 Reply to topic