Ain Sefra Index du Forum
Ain Sefra
Forum de tous les safraoua
Répondre au sujet
Admiration d'une personnalité historique
oudda Ahmed


Hors ligne

Inscrit le: 28 Jan 2010
Messages: 32
Localisation: Bechar
Répondre en citant
A Hammou Abdeldjebbar.  
          Parmi les plus fervents de tes admirateurs et à ton insu, je t’adresse par l’intermédiaire de notre FORUM, ce trait d’union qui nous permet de nous exprimer sans contrainte , mes respects empreints de chaleur amicale  en cet heureux évènement célébrant ton  quatre vingt huitième anniversaire. Mes souhaits sincères où l’admiration et l’estime se rejoignent, convergent vers une prière au Tout Puissant afin qu’Il préserve ta santé et fasse que ton moral soit toujours excellent au milieu d’une ambiance familiale excellente , entouré, aimé chaleureusement par  ton honorable épouse , tes fils et petits fils. Mon vœu le plus cher est que tu demeures le symbole cité avec déférence, un mausolée de l’histoire, le cordial patriarche fortement affectionné, le doyen collectivement considéré. Que ton nom si populaire soit perpétué à travers les monts et les mers, les âges et la terre,  afin que l’on sache ce qu’il symbolise et représente.           Avant même que je ne te connaisse j’ai fait plusieurs tentatives pour t’approcher. Mais tu semblais si distant et de par ton appartenance à une classe  privilégiée , d’un abord difficile,  que je m’abstenais à chaque  reprise remettant à plus tard le plaisir de t’être présenté.
          C’est donc grâce au scoutisme, notre idéal commun que mon souhait fut exaucé. En t’approchant j’ai apprécié ton sens inné de l’humour. En te côtoyant j’ai découvert en toi des qualités exceptionnelles d’homme d’honneur , de chevalier des temps modernes. Je pensais que notre univers n’était fait que de  versatilités. J’allais découvrir au contraire un monde non pas toujours hostile et sournois mais aussi affable puisqu’il m’a permis de connaître un homme intègre au comportement sain , d’une originalité exemplaire, loyal et honnête , aux principes sacrés.
 Tel un élève assidu, J’ai suivi ton orientation et appris auprès de toi ce qu’aucun maître ne m’a enseigné auparavant . J’ai acquis par ton intermédiaire  le sens profond de la disponibilité à l’égard du prochain, l’amour inconditionnel à l’encontre de la patrie , la signification de l’obligeance ne serait-ce que par un sourire. Tes qualités sont si nombreuses et honorables qu’un manuel entier ne suffirait pas à les énumérer.
 
J’ai surtout apprécié ton jugement clairvoyant en présence de situations diverses  avec un sang froid de grand sachem. Ton comportement  dénué de tout complexe reflète l’un des traits admirables de ton caractère et ton appartenance à la grande tribu scoute  Ta manière de dialoguer, ta belle humeur constante, la simplicité de tes actes et actions  ont assuré ta renommée et fait que tu sois apprécié par toute la société non seulement de Béchar et d’Aïn-Séfra, mais de tout le territoire national.. Tu n’es ni hautain ni distant envers les pauvres et les dépourvus qui trouvent en toi le réconfort et le soutien dont ils sont démunis. J’ai été témoin  plusieurs fois de tes gestes inopinées et spontanées à l’encontre des opprimés avec une attitude naturelle dépourvue de tout faste.  Tu rejettes la susceptibilité et la cupidité d’une manière décontractée très certainement en conformité avec l’excellente éducation que tu reçus et ton appartenance à une famille honorable.
          Parfois ton silence me trouble et m’inquiète au point où , assailli par des  appréhensions constantes, je demeure en alerte permanente, sur le qui vive. Et alors que mon état d’excitation se trouve à son paroxysme tu ressurgis subitement soit avec une apparition inopinée ou bien un appel fortuit mettant fin à une attente exaspérante.
          Par de simples gestes cordiaux , par ton souci quant à mon bien être et mon état de santé, par ton penchant de grand père à l’égard de mes enfants, par ces présents qui sont l’expression d’une compassion conséquente, par ces termes si affectueux qui émanent d’un cœur attendri, par ton incitation à retrouver mon calme dans des moments de colère,  tu agis simultanément aux places du père, du frère, de l’ami. J’ai découvert en toi tant de valeurs estimables que je bénis le jour où nous avons dialogué pour la première fois , encouragé par ton sourire avenant et cette intonation amicale d’une voix pénétrante qui attire et détend.
          Mes sentiments à ton égard qui s’affirment de plus en plus émanent d’un admirateur reconnaissant, d’un cadet affectueux, d’un ami dévoué et loyal.
          Tout au long de mon existence mouvementée j’ai connu de nombreuses personnes, concédant à certaines une amitié indélébile dénuée de ma part de tout profit.
Quant à toi Hammou je t’ai  simplement accordé mon estime et affectionné chaleureusement. Tu as allégé mes peines, compati à mes souffrances, soutenu mon moral, secouru au moment opportun, avec un penchant de frère aîné. Je ne te remercierai jamais assez pour cette disponibilité persistante avec un air si naturel qui détend et assure la bonne humeur.
          Avant de terminer ce témoignage de chef scout à l’encontre du doyen de notre mouvement, je voudrais remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation du film sur les tortures subies à la dzira dans des conditions inhumaines d’autant plus que les lieux me sont familiers. Parmi eux Hammou qui par de simples mots donna un sens profond au documentaire lui qui connut le même sort concédé aux patriotes et nationalistes, la fameuse prison de Berrouaguia..  
Enfant je me rendais souvent chez mes oncles pour m’imprégner de cet environnement si sain, savourant à mon aise des fruits succulents, suivant l’eau qui s’infiltrait à travers les séguias pour aboutir à l’extrémité du vaste champ. Le soir après le dîner fait essentiellement de couscours à la lumière d’une lampe à carbure, je me blottissais contre ma grand-mère pour dormir paisiblement. Le hasard voulut hélas que le poste où périrent en martyrs des dizaines de personnes sans défense soit construit au dessus de la propriété de mes oncles.
Je me joins à tous ceux qui revendiquent la réhabilitation de ce volet de notre histoire nationale pour suggérer la restauration de ce lieu de souffrances atroces avec une plaque en marbre comportant tous les noms des suppliciés ainsi qu’une journée commémorative afin que la mémoire collective se souvienne toujours des affres subies par notre brave peuple.
          Sois béni éternellement Hammou avec un merci tendre et sincère de même qu’à ton admirable et honorable épouse : que Dieu vous préserve de tout maléfice et protège tous les tiens.  
               .
                                                                                                        AHMED OUDDA. 



_________________
Aux défauts de la vie, innombrables, infinis
Aux embûches si complexes, aux perfides impunis
Aux regrets tant amers, aux désirs insoumis
Un rival pour faire face, ce sourire défini.
Publicité
Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?
Admiration d'une personnalité historique
chami


En ligne

Inscrit le: 02 Mai 2009
Messages: 3 160
Localisation: ain sefra
Répondre en citant
Je retiens de ce message l'absence totale de l'ingratitude, ce mal qui nous dévore et dévore notre personnalité et notre singularité.Je me joins  à cet autre EXEMPLE du scoutisme politique moral culturel et musulman qui est Si Ahmed Oudda pour dire à Hammou : 'tu as écris sur les rochers de notre Histoire et de notre culture, comme ont écrit les hommes préhistoriques sur les rochers de nos montagnes, ce que veut dire ÊTRE HUMAIN" Merci Monsieur.



_________________
Yaa wil babaha el 3ayne essafra chehaal kanou fiha erjal.
Skype
Admiration d'une personnalité historique
ahmedfizazi


Hors ligne

Inscrit le: 27 Juin 2009
Messages: 106
Localisation: Béchar
Répondre en citant
Salamou 3alikoum,


Brovo El Haj Ahmed pour ces bonnes paroles pleines d'amour envers Hammou Abdeldjebbar, lesquelles, je suis convaincu, proviennent du fond de votre bon cœur.
A titre de complément, je me permets d'ajouter à votre beau texte ces trois photos de Hammou prises à l'instant même.
Hammou se porte à merveille!! 
Il m'a chargé de transmettre ses meilleures salutations et ses bénédictions à tous ceux qui le connaissent.
Longue vie à notre vétéran scout!! 















_________________
On peut toujours pardonner, mais on ne peut jamais oublier
Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant
Les berbères :   
 
    
 
« Des peuples sans histoires, non sans Histoire »   
 
                                                                                                                                      
« L’Histoire a pour rôle d’être l’une des manières  
de définir un nouveau présent»     
Michel de Certeau, Histoire et psychanalyse   
 


Dès sa source, le cours de l’Histoire de l’humanité n’aura rien eu de tranquille pour les peuples paisibles.

Intraitable et cruel, il fait son lit des ambitions sanglantes et conquérantes des peuples audacieux et infatués de leurs valeurs. Mais fatalement aussi de l’extermination ou de la soumission des peuples victimes.

L’Histoire ne s’attarde pas sur le sort de ces derniers. Il leur revient de ne pas l’ignorer à temps et de s’en prémunir, en ruinant à leur tour par la force ou par la ruse les destins des peuples voisins.
Par une loi d’airain, injuste et immuable, les peuples vaincus, coupables de manquer d’audace ou de pulsions hégémoniques, sont promis à l’effacement et à la condescendance. Dans ses leçons sur la philosophie de l’Histoire, HEGEL, disqualifie aux portes de l’Histoire universelle, toute l’Afrique, au nom d’une prétendue fermeture sur elle-même.




S’agissant des berbères, par grand bonheur au regard des millénaires écoulés et des nombreux assauts subis, l’Histoire s’est résignée à leur admirable unité et à leur inestimable permanence.  Qui s’en plaindra ? En tous les cas, pas ceux qui en sont fiers et s'en réclament! Sans préjudice pour leur foi ou leur patriotisme national.


En effet, depuis des millénaires, aux quatre coins de l’Afrique du nord, de multiples résurgences des mêmes expressions techniques, artistiques et culturelles observées indistinctement indépendamment des périodes et des lieux (techniques agricoles, poterie, travail forgé, figures géométriques, intonations et consonances, rites funéraires, célébrations et cultes, …), témoignent de l’unité et de la permanence de la chose berbère; l’unité de vocabulaire quant à elle, en dépit d’une profusion de modes de vie et de dialectes (des dialectes proches dans leurs principes fondamentaux, par une grammaire et une phonétique qui ont remarquablement résisté à une longue séparation), atteste d’un mode de penser et d’une organisation sociale communs aux peuples berbères.

Assez pour célébrer et se féliciter d'une Histoire et d'un destin communs valant pour toute l'Afrique du nord.



Aussi, les larges contrées que féconde l’âme berbère depuis la nuit des temps, la présence indéfectible de peuples Amazighs jaloux de leurs identités et rétifs à l’assimilation racontent-elles une précieuse et longue continuité, une persistance dans le temps et la géographie, indifférentes sur le fond et sur l’essentiel aux invasions et aux conquêtes prosélytes.

Par leurs tempéraments résolus, par un rapport harmonieux aux éléments et aux hommes, par une ouverture naturelle au progrès et à l’universalité, des êtres sans histoires, durs à la tâche et amoureux de leurs terres, surmontant lentement et sûrement leurs fragilités et leurs insuffisances, prolongent un même combat et une même fidélité à leurs ancêtres. Sans que les soubresauts ou les menaces aient jamais manqué.

 Il aura pourtant fallu un prodigieux chantier combinant histoire, ethnologie, anthropologie, archéologie et linguistique pour que des chercheurs de la deuxième moitié du vingtième siècle, européens dans leur très grande majorité, à leur tête Gabriel CAMPS, multipliant les connexions entre les disciplines les plus diverses, aidés par une meilleure connaissance de l’environnement humain du monde berbère, parviennent à remettre les berbères au centre de l’Histoire, quand d’autres, dangereusement et définitivement, avaient amputé l’Afrique du nord de sa vitalité autochtone. Des « travaux fragmentés et fragiles », pour reprendre l’expression de Salem CHAKER, avaient en effet conduit à déclarer les berbères « inaptes à l’Etat, à l’Histoire et à la métaphysique », réduisant le fait berbère à des périodes étanches et vulgaires: médiévale, carthaginoise, romaine, chrétienne, byzantine, vandale, arabo-musulmane, ottomane et française ; des périodes à chaque fois dépourvues effrontément de l’élément berbère, renvoyé au statut de spectateur de sa propre Histoire.

Par une approche globale et novatrice, Gabriel CAMPS sut tirer profit des nombreuses sources même majoritairement exogènes à la chose berbère et peu portées à lui être fidèles. Il n’ignora pas qu’elles exprimaient d’abord le point de  vue du vainqueur. Il réussit à en faire émerger les traits caractéristiques de peuples et de personnalités autochtones remarquables ayant agi ou réagi pour surmonter les pires menaces et marquer l’Histoire de leur empreinte. Leur attitude face à l’adversité, leur résistance et les modalités retenues furent conformes à l’idée qu’ils se faisaient eux-mêmes de leurs priorités et de leur place dans l’Histoire. Aussi, si les berbères furent et demeurent des peuples sans histoires, ils ne furent jamais, loin s’en faut, des peuples sans Histoire.

L’Histoire des berbères ne pouvait en effet se réduire à des successions brutales ou à des juxtapositions sur un vide humain.  Il convenait que les chercheurs s’attardent sur les nombreuses transitions politiques, sociologiques et philosophiques qui révèlent de singulières facultés d’adaptation et d’ouverture, un sens du commandement, une capacité à s’enthousiasmer pour de grandes réalisations. Autant de caractéristiques qui  déterminent l’âme et le tempérament berbères libres, depuis des millénaires.

 Dans ces transitions réside l’essentiel de ce qu’il importe de retenir des berbères : leur réelle et admirable capacité à se maintenir et à survivre aux nombreux envahissements de leurs insatiables voisins. Ainsi, sur une vaste étendue partant de l’ouest de l’Egypte, passant par les confins désertiques de l’indomptable Sahara et s’achevant sur les rives extrêmes de l’Atlantique, depuis des siècles, forts de leur prodigieuse faculté de résilience, les berbères ont survécu aux nombreuses vicissitudes de leur Histoire, sans renoncer à leurs propres valeurs, à leur propre rapport au temps et à l’espace. Forts de leur inextinguible instinct de conservation, ils ont su s’éviter les massacres de masses et leur corollaire, l’effacement fatal, pour s’assurer une permanence dont peu de peuples peuvent se targuer. Elle leur vaut d’être encore là pour nourrir les plus grandes ambitions que leur génie libéré et naturellement entreprenant leur permet d’espérer. Ils ont devant eux l’éternité pour apporter davantage à eux-mêmes et à l’universalité. Et ils n’auront ni dévasté l’Egypte voisine des pharaons, ni réduit en esclavage ou soumis à leurs appétits l’Afrique sub-saharienne ni précipité par la terreur les conversions religieuses de leurs voisins latins au nord. 

Leurs traits de caractère sains et utiles fondent leurs précieux mérites et leur permettent d’espérer une place encore plus enviable dans le concert des peuples.  Leurs vertus  propres, aujourd’hui plus que jamais mobilisables, sauront aussi servir les intérêts les plus larges, au-delà même de l’Afrique du nord.

Il revient aux nouvelles générations de savoir quel degré de responsabilité elles envisagent d’assumer pour assurer à cette permanence berbère et à son unité, leur continuité et leur vitalité. Pour rompre définitivement avec l’infâmante et blessante théorie de l’ « anonyme durée berbère » à laquelle on a voulu réduire les longs siècles de présence berbère en Afrique du nord.


Castres, le 25 avril 2014
  
 
   


Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant


Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant


Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant
L'empire state building


Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant
Je ne résiste pas à l'envie de soumettre à la réflexion de tous des images rarement vues, et pour cause!
Ci dessous en effet, une autre réalité vraie de la France!
Un village du sud ouest comme il en existe tant. Le reste, la ville et ses lumières, la vie facile qui semblent éblouir nombre de nos concitoyens et les pousser à la harga, c'est ce que l'on veut voir à tout prix!















Admiration d'une personnalité historique
jihad


Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2010
Messages: 39
Répondre en citant



_________________
-'- -'- -'- -'- -'- -'-
« Ecrire est un acte éminemment sauvage»Yasmina Reza
Admiration d'une personnalité historique
jihad


Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2010
Messages: 39
Répondre en citant



_________________
-'- -'- -'- -'- -'- -'-
« Ecrire est un acte éminemment sauvage»Yasmina Reza
Admiration d'une personnalité historique
kelloussa


Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2009
Messages: 375
Localisation:
Répondre en citant
LAHAEXPO a écrit:
Je ne résiste pas à l'envie de soumettre à la réflexion de tous des images rarement vues, et pour cause!
Ci dessous en effet, une autre réalité vraie de la France!
Un village du sud ouest comme il en existe tant. Le reste, la ville et ses lumières, la vie facile qui semblent éblouir nombre de nos concitoyens et les pousser à la harga, c'est ce que l'on veut voir à tout prix!










Essalam


Ce que tu montres est beau, saint, tranquille et propre
un village où j'aimerai tant y vivre


Les haragas cherchent la paix, et la  justice. Pas la lumière et la vie facile


kelloussa


Admiration d'une personnalité historique
jihad


Hors ligne

Inscrit le: 26 Sep 2010
Messages: 39
Répondre en citant
jihad a écrit:





_________________
-'- -'- -'- -'- -'- -'-
« Ecrire est un acte éminemment sauvage»Yasmina Reza
Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant
Il y a 20 ans - déjà! -   
... Said MEKBEL  et TAHAR DJAOUT nous quittaient!
 


 (Re... DEVOIR DE MEMOIRE D'UN CONCITOYEN TRES RECONNAISSANT!)
 




A SAID MEKBEL, A TAHAR DJAOUT,   

Elle a su faire sa gloire de nos inconsolables malheurs, la main assassine qui a eu raison de vous. Vous voilà observant de loin, impuissants, les destins inféconds des vôtres œuvrant à leur propre abaissement. Vous voilà réduits au silence.

Il restera à chacun d’entre nous ses scrupules, son remord de ne pas vous avoir assez abrités, de ne pas vous avoir évité vos sorts injustes, pour, le temps d’un répit, mieux se cacher à son tour derrière vous, martyrs de notre calvaire en cours. En quoi fûtes-vous coupables de croire en nous, en vous, en l’Algérie, une Algérie laïque et libre? Où l’on choisit sa foi, ses Dieux, ses amours. Une Algérie de tous !

Entièrement journalistes, exceptionnels, vous fûtes respectés et respectueux ! Courtois et cultivés, instruit fièrement du genre humain, votre plume subtile et bien trempée témoigne encore de vos convictions éclairées et de votre pacifique engagement résolument au service de l’émancipation de votre peuple, du progrès de votre pays. Vous êtes de ces hommes que les caprices de notre Maghreb, perpétuellement instable et fragile, ne procréent que parcimonieusement. Davantage encore en Algérie, pays cher à vos cœurs. Vous le disiez vous même : nos échecs nous disent beaucoup sur le génie qui nous manque et nous racontent assez sur les tares qui nous affectent.

Comme vous êtes loin, si loin, Saïd et Tahar ! Vous n’êtes plus là, authentiques défenseurs de la veuve et de l'orphelin! De  l’Algérie blessée.

Comme tant d’algériens, vous ne manipuliez sur rien ni personne. Vous n’étiez pas les amis des puissants. Il est vrai que vous n’aviez, ni l’obsession envahissante d’Allah, ni la passion crédule des sahabas justiciers, ni la lecture favorable des bienfaits positifs des foutouhates, ni le culte du prétendu triomphe d’Allah sur les « égarés » de la planète, les 5/6°de l’humanité, ni la haine des Kouffars coupables d’hériter les croyances des leurs. Vous n’aviez ni le rejet maladif de tous les juifs de la planète indistinctement coupables d'exister, ni, vous poussant au martyre, l’ivresse des houriattes, éternellement vierges, fraiches et soumises du paradis.

Vous n’étiez pas davantage adeptes de la soumission aveugle aux imams incultes. Vous ignoriez la ferveur de la prosternation. Vous n’aviez nullement la tentation du maarouf mystificateur ni le khitab opportuniste; vous n’étiez pas fervents des salamalecs, de la flagornerie. Vous pensiez Algérie, vous respiriez Algérie, vous mangiez Algérie, vous dormiez Algérie, vous écriviez Algérie! Vous vous revendiquiez à juste titre de la «famille qui avance» face à la«famille qui recule».

L’Algérie, les algériens le savent désormais; les femmes, les honnêtes gens, ceux que la raison inspire ; ils savent ce qu’ils vous doivent et ce qu’ils doivent au crime. Car voilà donc votre pays de nouveau stérile, favorisant même sa propre servitude. Et pour mieux ajouter à nos peines, nulle preuve à l’horizon qui atteste que vos sacrifices fussent utiles.

Pire, les moments incertains que traverse notre Algérie meurtrie, rendent vos morts plus regrettables. Ils rendent plus abjects encore le crime commis contre vos justes combats, contre les martyrs de nos libertés impossibles. Bien des années après vos morts, nous pleurons encore et ne comprenons toujours pas! Nous sommes nombreux à ne pas comprendre la folie meurtrière de la répugnante bêtise qui nous a privés, et l’Algérie avec nous, définitivement de vous!  

Comme vous êtes loin, si loin, Saïd et Tahar ! Et nous, encore plus impuissants, vous le saviez !
Lahaexpo


Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant
K. AKOUCHE:       
 "Le rire désamorce les conflits. Le rire soigne le ressentiment.  Il apaise les colères. Il tue les pulsions de mort. Le rire, c'est la vie."      

Comme il a raison!

 

Mais ... auprès de vivants que Dieu ne terrorise pas, que la foi à l'inverse grandit ou à qui l'échec ou l'obscurantisme n'ont pu inspirer la haine viscéralement et définitivement. Des vivants pour qui le prochain est d'abord frère en tant que personne, indépendamment de sa couleur, de sa religion ou de ses appartenances; un frère dont la vie, s'ils ont éprouvé le besoin d'une croyance, est aussi sacrée que Dieu lui-même; un frère à qui ils parviennent à pardonner sans attendre qu'il pardonne le premier, qu'ils aiment comme on aime une mère ou une sœur bienveillante.

Le rire , c'est en effet la vie auprès  de vivants ... convaincus que la dérision et la légèreté sont les seuls instruments commodes et disponibles à profusion pour triompher des impondérables de la vie, faciliter les passerelles que réclame la vie pacifique entre les nations, abriter le quotidien des hommes des jugements et excommunications définitifs et l'éloigner de l'ordre totalitaire qui guette en permanence et ne les cultive guère. Le rire, c'est la vie, pour qui aime la vie! ...

Mais il en est qui, hélas! en ont fait  l'impasse, résolument, pour nous promettre collectivement l'enfer sur cette terre. Ils finissent par recevoir, en juste retour des choses, l'enfer qu'ils méritent ! Qui s'en plaindra?

Mais on ne peut bien évidemment que le regretter si amèrement, sans rire cette fois!




Admiration d'une personnalité historique
LAHAEXPO


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2009
Messages: 71
Localisation: LABRUGUIERE
Répondre en citant
Une histoire de ... singes
(Mais pas seulement!)

 (reprise d'un commentaire d'un article d'El Watan)


  
 Un groupe de scientifiques plaça cinq singes dans une pièce au milieu de laquelle se trouvait un escabeau permettant d’accéder à des bananes.

A chaque fois qu’un des singes essayait de grimper à l’escabeau, une douche glacée aspergeait automatiquement les autres.

Au bout d’un certain temps, à chaque fois qu’un des singes essayait de monter sur l’escabeau,
les autres le frappaient par crainte de prendre une douche glacée.

Bien entendu, au bout de quelques temps, aucun des singes ne se risqua à grimper sur l’escabeau malgré la tentation.

Les chercheurs décidèrent alors de remplacer les singes.
Pour commencer, un seul singe de la communauté fût remplacé par un nouveau.
La première des choses que fît le nouveau fut d’essayer de monter sur l’escabeau.
Aussitôt, les autres le frappèrent.

Quelques coups plus tard, le nouveau membre de la communauté avait appris à ne plus grimper
sur l’escabeau sans même connaître la raison de cette interdiction.

Un deuxième singe fût remplacé et subit le même sort que le premier.
Ce dernier se joignit aux autres pour le battre dès qu’il tentait de grimper sur l’escabeau.
Le singe arrivé juste avant lui participe à la punition… avec enthousiasme, parce qu’il fait désormais partie de « l’équipe ».

Un troisième singe fut échangé et le processus se répéta. Le quatrième et le cinquième furent changés tour à tour.
Tous subirent le même sort des qu’il tentèrent de grimper sur l’escabeau.
Le groupe de cinq singes, bien que n’ayant jamais reçu de douche froide, continua à frapper tout nouvel arrivant
qui tentait de monter sur l’escabeau.

À ce stade, les singes qui agressent n’ont aucune idée de pourquoi ils n’ont pas le droit de grimper l’échelle.
Pas plus qu’ils ne savent pourquoi ils participent à l’agression du dernier arrivé.
Au final, après avoir remplacé tous les singes d’origine, aucun singe présent dans la cage n’a été arrosé d’eau froide.
Cependant, aucun ne tentera de grimper l’échelle. Pourquoi ? Parce que dans leur esprit… c’est comme ça, et ce depuis toujours.
S’il était possible de parler avec ces singes et de leur demander pourquoi ils frappent
Ceux qui tentent de monter sur l’escabeau, je parie que leur réponse serait la suivante :
“Je ne sais pas, mais ici c’est comme ça.”
Ce comportement ne vous semble-t-il pas familier ?…
Ah ! les traditions, les habitudes…
D’autres que vous se demandent peut-être pourquoi nous continuons à agir comme nous le faisons quand
il existe des alternatives.
Et c’est ainsi .


Admiration d'une personnalité historique
Contenu Sponsorisé


Admiration d'une personnalité historique
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 2  

  
  
 Répondre au sujet