Ain Sefra Index du Forum
Ain Sefra
Forum de tous les safraoua
Répondre au sujet
Le bon vieux temps
MALIK EL ARNAMOUS


Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 4 547
Localisation: MAURITANNIE
Répondre en citant
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS










 



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
Publicité
Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?
Le bon vieux temps
MALIK EL ARNAMOUS


Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 4 547
Localisation: MAURITANNIE
Répondre en citant
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS













_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
Le bon vieux temps
MALIK EL ARNAMOUS


Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2009
Messages: 4 547
Localisation: MAURITANNIE
Répondre en citant
BONJOUR A TOUTES ET A TOUS










 



_________________
Si tu n'a pas la force de te battre,
alors prends ma main...
je serai là pour toi.
Le bon vieux temps
ELBORTAL


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 109
Localisation: NAAMA
Répondre en citant
 Une visite à Ain Sefra en 1936 . Texte rédigé par l'association des amis du Sahara .
   Beaucoup de souvenirs sont évoqués , on va raffraichir la mémoire des anciens de Ain Sefra par cet article .

  


AIN-SEFRA
La petite ville naquit en 1882. L'insurrection de Bouamama venait d'éclaiter et nous avions besoin d'avoir dans la région montagneuse des Ksour un point fortifié pour asseoir la paix dans le pays.
Il nous fallait un poste. Les uns le voulaient à Tiout,-d'autres à Sfissifa. Enfin le général DELEBECQUE fixa définitivement son choix sur le Ksar d'Aïn-Sefra, jugé le mieux placé pour couvrir les débouchés de la région.
Le premier mur d'enceinte fut élevé sur la rive droite de l'Oued, à l'emplacement actuel de la redoute, tandis que sur la rive gauche s'édifiait un village : Aïn-Sefra.
Une crue formidable de l'Oued, en 1904, le détruisit presque complètement. Il fut reconstruit grâce à une subvention du Gouvernemeent Général de l'Algérie et il constitue aujourd'hui un cheflieu administratif important, peuplé d'un millier d'européens.
Le Chef de bataillon, commandant supérieur du Cercle, y réside, ainsi que l'Administrateur-chef de la commune mixte.
Toutes les administrations y sont représentées :




payeur particulier du Trésor, bureau de poste, receveur des Domaines, Douanes, etc..
Enfin, la portion principale d'un bataillon du 1er Régiment Etranger occupe la redoute.
Le touriste pourra trouver dans Aïn-Sefra tout ce dont il peut avoir besoin.
Trois hôtels munis d'un honnête confort :
Hôtel du Progrès :
9 chambres à 1 lit, 10 1rs ; 1 chambre à 2 lits 15 1rs»-Repas : 10 frs, petit déjeuner : 1 frs 50.
Sud Hôtel :
12 chambres à 1 lit, 10 frs; 2 chambres à 2 lits, 15-frs. Repas : 10 frs, petit déjeuner : 2 frs 50



_________________
il n'y a pas plus mauvais que l'ignorance en action
Le bon vieux temps
ELBORTAL


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 109
Localisation: NAAMA
Répondre en citant
Suite



 

Hôtel des Voyageurs :
7 chambres à 1 lit, 8 frs; 2 chambres à 2 lits, 12 frs.
Restaurant Mas :
Repas : 10 frs, petit déjeuner :. 2 frs 50.
Plusieurs magasins pour les achats indispensables : épicerie, tabac, objets divers de toilette, matériel pour la photographie, papier à lettre, journaux, etc..
Plusieurs distributeurs d'essence. Deux ateliers de réparation pour les autos : garage SOLGADI et
garage DJEBLI.
#*


 

Le touriste parcourra ainsi la petite ville. Il verra au milieu du jardin public un cadran solaire des plus complets, oeuvre d'un capitaine de la Légion Etrangère. Près de l'église, il pourra voir, dans une petite rue perpendiculaire à l'artère principal, la plaque commémorative qui a été apposée sur la maison qu'habitait Isabelle EBEKHARDT, cette étonnante femme de lettres, convertie à l'islamisme, qui trouva la mort au cours de l'inondation de 1904.
Elle a été enterrée, comme elle le désirait, parmi ses frères de religion, dans le cimetière musulman à 3 kilomètres du village.
Un chemin carrossable permet d'aller visiter la tombe.
Il suffit de prendre la piste du Sud au sortir d'Aïn-Sefra, parcourir deux kilomètres et tourner à gauche, un poteau indicateur évite toute méprise, suivre la piste qui escalade un petit escarpement de terrain au sommet duquel, sur la droite, apparaît le cimetière. La sépulture d'Isabelle EBEIVHARDT se distingue par deux pierres tombales beaucoup plus grandes que celles d'alentour et taillées.
On aura également de ce point une belle vue d'ensemble sur la redoute, l'Oued Bridge, les jardins voisins, les dunes.



_________________
il n'y a pas plus mauvais que l'ignorance en action
Le bon vieux temps
ELBORTAL


Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2014
Messages: 109
Localisation: NAAMA
Répondre en citant
SUITE

   
 

Il faudra également faire une visite au Ksar avant de quitter Aïn-Sefra. Il se particularise par le fait que ses habitants sont tous d'origine arabe alors que ceux des autres Ksour sont berbères.
On y accède en traversant l'Oued sur le pont et en montant droit devant soi, en utilisant le che-


53:
min empierré qui passe à droite de la redoute : visIl faudra également faire une visite au Ksar avant iter les rues tortueuses, les jardins bien entretenus, et monter au haut du minaret d'où l'on à une vue très belle sur Aïn-Sefra.
Le Ksar s'adosse à un petit bois d'Eucaluptus et de diverses essences que les chefs d'annexé militaires qui se sont succédés ont planté pour fixer les dunes toutes proches, qui se faisaient menaçantes.
Il faudra circuler dans ce bois, découvrir des chemins d'ombre; et par. une belle journée de printemps, la fraîcheur des arbres, le gazouillis des oiseaux, l'air limpide et le ciel bleu,, comme seul le ciel de ce pays peut l'être, remplira d'aise l'âme du voyageur.
Il trouvera la vie plus belle, et oubliera ses décevantes mesquineries et sa trépidante activité.
On pourra prolonger la promenade en se procurant des chevaux ou des chameaux auprès des habitants du Ksar et pénétrer dans les dunes de sable fin, couleur ocre rouge, pour se donner l'illusion d'être perdu dans le grand erg.
Cette excursion ne manquera pas d'intérêt. Au retour, le touriste a la possibilité de s'arrêter à l'ouvroir des Soeurs Blanches, situé à hauteur des casernes sur la gauche, quelques mètres avant le pont, en faisanf face à la ville.
On y fabrique des coussins et des tapis indigènes de très belle facture, et des ouvrages de broderies très réussis.
Enfin, au sortir de l'ouvroir, on se devra d'aller faire un pieux pèlerinage au monument élevé à la mémoire du maréchal LYAUTEY.




C'est à Aïn-Sefra, en effet, que le grand pacificateur du Maroc a commencé sa carrière africaine. II a commandé la subdivision de 1903 à 1906 et a ramené, par sa géniale maîtrise, la paix dans le pays, tout en l'organ isant définitivement.
Le monument, une simple stèle de grès rouge dans laquelle est scellé l'effigie du Maréchal* fait face à la ville. Il rappellera aux générations futures le passage dans Aïn-Sefra du grand colonisateur. .



_________________
il n'y a pas plus mauvais que l'ignorance en action
Le bon vieux temps
Contenu Sponsorisé


Le bon vieux temps
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet