Ain Sefra Index du Forum
Ain Sefra
Forum de tous les safraoua
Répondre au sujet
Lorsqu'on rit dans un lieu où les Braves ont pleuré
DERDOUR AHMED


Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 488
Localisation: Ain Séfra
Répondre en citant
ça mal au cœur! Certains visitent Dzira et arrivent à rire à l'intérieur du camp de torture
 
Toi qui ris,
 
Sais-tu  au moins qui,
Avant toi, sur cet endroit, a ri ?
En ce lieu, tu t’es souvent rendu
Et sans aucun doute entendu  
Parler de ces scènes
Où l’on coupait les veines
Et  jouait  à ciel ouvert, toujours,
Matins et soirs, nuits et jours,
Sans scénario mais sans relâche,
Où chaque  bête bien que lâche
S’attaquait jouant les durs
A des civils enchaînés   aux murs.
Les  séquences se répétaient humiliantes
Avec des  acteurs verts  à l’allure provocante
Jouant la brute  sans esprit et sans raison
Et les autres vers, extraits de force des maisons.  
D’autres verts assistaient au spectacle.
Ils n’avaient jamais pensé à la débâcle,
Ils se plaisaient  à voir
Les opprimés perdre leur savoir
Et un peu plus de leur costume,
De leur force, de leur humanité et de leur coutume.
Leurs pauvres corps s’enflaient  chaque jour un peu plus
Souhaitant par pitié l’un des deux saluts.
La mort ou la liberté. A chaque balle tirée
Une vie s’éteignit et dans le sable  enterrée.
Est-ce cela qui te fait rire ?
Ils se régalaient à voir
 Des jambes  et  des corps dénudés bruns et noirs
Là , toujours se passaient les scènes
Pour seul décor, sur le plateau de sable,  des chaînes
Qui retenaient des bras, d’où pendaient des corps
Mutilés,  squelettiques, flagellés à mort.
Est-ce cela qui te fait rire ?
Peut-être  ce soleil brûlant 
Ces murs décrépis, cet éclairage aveuglant ?
Ou ce puits sec  que remplissaient les plaintes d’un  invalide,
Cette main blanche posant de la cendre sur une ride
D’une peau brune noircie par  les tisons de tabac
Qu’on y écrasait avant le passage à tabac ?
Est-ce cela qui te fait rire ?
Le geôlier riait amusé par les  yeux  abimés
Au beurre noir, taris, des opprimés.
 Qui  de sang s’épanchent
Vidés de leurs larmes, étanches,
Par la chair des suppliciés qui fumait
Par l’odeur  du rôti que humait
Un  ventre vide, rempli de lessive
On pensait secourir une santé régressive.
Peut-être que  les déjections, la lampe à souder
Les membres à la gégène, soudés
Faisaient drôlement rire.
Est-ce cela qui te fait rire ?
Ils faisaient exactement comme toi,
 Ils riaient aux cris, aux plaintes
A la vue des femmes, d’affront peintes  
Un homme sans pantalon offrait à qui voulait voir
Des fesses sillonnées par les griffes d’une chienne
Rouvrant des blessures cicatrisées à peine.
Les séquences les faisaient rire.
Essaie de fermer les yeux et revois les scènes
Si tu juges qu’elles sont plaisantes, alors ris
Et applaudis les cris
Qui perçaient le vide
Qui montaient  percuter la voûte céleste, avides
D’obtenir une réponse clémente  et revenir
Aux oreilles du silence périr
Est-ce cela qui te fait rire ?
Et c’est bien le temps
Qui rit maintenant.
Il rit après avoir changé la donne
Du soleil après le cyclone.
Peut-être qu’un jour, toi aussi
D’avoir ri, tu goûteras au pain rassis
Aux pleurs, aux lamentations, aux supplices.
Tu te rappelleras alors de ces sévices
Tu te souviendras  de ces hommes pénalisés,
De ces femmes   battues, ridiculisées,
De ce petit monde  condamné à souffrir
A se lamenter pour que te revienne le sourire.
 
 
 


Yahoo Messenger
Publicité
Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?
Lorsqu'on rit dans un lieu où les Braves ont pleuré
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet